Accès direct au contenu

Une balle logée près du coeur

Mr. Fakhir Madhi a 58 ans. Ce médecin, père de sept enfants. habite à Al-Amarah près de Missan. En 2011, alors qu’il assiste à un match de football remporté par l’équipe nationale irakienne, il est victime d’une balle perdue d’un des tirs de célébration de la victoire.
Un homme montre les cicatrices de ses blessures par balle

Mr. Fakhir Madhi a 58 ans. Ce médecin, père de sept enfants. habite à Al-Amarah près de Missan. En 2011, alors qu’il assiste à un match de football remporté par l’équipe nationale irakienne, il est victime d’une balle perdue d’un des tirs de célébration de la victoire.

La balle reçue par Fakhir n’a pas pu être retirée car elle est logée trop près du cœur. Sa souffrance au quotidien est immense et elle l’a empêché de continuer à exercer son métier qu’il adorait. Les médecins qui le suivent lui ont expliqué que sa vie était en permanence en danger, car un faux mouvement pourrait déplacer la balle dans son cœur.

Pratique très courante en Irak, les tirs en l’air lors de manifestations de joie ou de protestation sont malheureusement responsables d’un grand nombre d’accidents.

Pour aller plus loin

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.

Quand tombe la bombe
© Martin Crep/HI
Mines et autres armes

Quand tombe la bombe

Aujourd'hui, 90% des victimes des bombardements sur les zones densément peuplées sont des civils. Quel est le prix payé par la population lors des conflits aujourd'hui ? Quelles sont les solutions ?