Accès direct au contenu

Une déclaration politique contre les bombardements de civils

Mines et autres armes
Handicap International participe à la première commission sur le désarmement et la sécurité internationale, début octobre, lors de l’Assemblée générale des Nations unies.Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International, revient sur l’importance de ce rendez-vous et explique les actions menées par l’association pour faire avancer le combat contre les bombardements des civils.
Portrait d'une dame d'âge moyen, aux cheveux blonds attachés en chignon

Handicap International participe à la première commission sur le désarmement et la sécurité internationale, début octobre, lors de l’Assemblée générale des Nations unies.Anne Héry, directrice du plaidoyer à Handicap International, revient sur l’importance de ce rendez-vous et explique les actions menées par l’association pour faire avancer le combat contre les bombardements des civils.

En quoi consiste cette première commission sur le désarmement ?

Anne Héry : L’Assemblée générale des Nations unies comprend six commissions, qui sont des sortes de grands groupes de travail, avec chacun une spécialité. Leur rôle est de tenir des discussions, d’alerter l’Assemblée générale sur des points particuliers, et de faire des recommandations. Nous participons à celle sur le désarmement et la sécurité internationale. Pour Handicap International, c’est un moment privilégié lors duquel nous pouvons dialoguer avec les Etats et inciter ceux qui ne l’ont pas déjà fait à rejoindre la Convention d’Ottawa, qui interdit les mines antipersonnel, et celle d’Oslo, qui interdit les bombes à sous-munitions, deux combats historiques de Handicap International.

Comptez-vous aborder la question des bombardements des civils ?

Oui, ce sera l’occasion de présenter aux Etats le rapport ‘Qasef: Escaping the bombs’ que nous venons de publier et qui établit le lien entre bombardements de civils et déplacements de populations dans le conflit syrien. En marge de ces rendez-vous onusiens, nous participons également à une réunion du groupe d’experts sur l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Cette réunion est de toute importance pour trouver des solutions politiques aux bombardements des civils.

Qu’est-ce que ce groupe d’experts ?

Ce groupe d’experts est une initiative de l’Autriche. Constitué d’une douzaine d’Etats, il travaille depuis un an à l’élaboration d’une déclaration politique pour condamner l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, reconnaître les souffrances des civils et appeler à assister les victimes. L’élaboration d’une telle déclaration politique est un objectif important du combat de Handicap International contre les bombardements des civils. Un peu comme un traité, nous voulons qu’à terme un maximum d’Etats accepte les engagements que cette déclaration comprendra et la signe.

Où en sommes-nous de cette déclaration ?

A la toute première étape, qui consiste à s’entendre sur les principaux éléments de contenu du texte. Cette phase peut être compliquée et prendre plusieurs mois, voire plusieurs années. Est-ce que cette déclaration doit demander aux Etats de ‘ne plus utiliser’ d’armes explosives en zones peuplées ? ou ‘d’éviter d’utiliser’ des armes explosives en zones peuplées ? Quels mots utilise-t-on ? Inclut-on des obligations en matière d’assistance aux victimes ?... Cette phase de discussion est cruciale car elle établira la base de ce sur quoi les Etats seront prêts à s’engager… Nous sommes particulièrement vigilants au contenu du texte et apportons notre expertise à la fois issue du terrain et de l’adoption de deux conventions pour lesquelles nous avons joué un rôle important, celles d’Ottawa et d’Oslo.

Que souhaite Handicap International ?

Handicap International veut que soit mis fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, particulièrement celles à large rayon d’impact, et nous œuvrons pour que cette déclaration affirme clairement cette nécessité. Nous ferons pression dans ce sens : nous voulons également que cette déclaration comprenne des engagements forts sur l’aide aux victimes.

Comptez-vous mobiliser tous les Etats sur cette question ?

Oui, et nous avons la chance de pouvoir intervenir en séance plénière de cette première commission le 12 octobre. Cela nous offrira une tribune de premier plan pour évoquer devant tous les Etats du monde le problème du bombardement des civils, de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Nous chercherons à susciter une prise de conscience. Devant l’horreur des conflits et des violences faites aux civils, il est urgent de mener des actions politiques concrètes. Les signatures récoltées par notre pétition sur cette question, nous donnent de la force et une crédibilité certaine quand nous interpellons des délégations d’Etat sur le sujet.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.