Accès direct au contenu

Une équipe d'urgence de Handicap International dans le Kasai

Urgence
République démocratique du Congo
“Davantage de violences sexuelles contre les femmes, le recrutement d'enfants-soldats, pas d'accès aux soins de réadaptation pour les blessés..."  La crise humanitaire au Kasaï est particulièrement inquiétante pour notre directeur de programme sur place. Handicap International a envoyé une ééquipe d'intervention d'urgence. 
Een groep kinderen kijkt recht in de lens terwijl op de achtergrond bidons worden uitgedeeld

“Davantage de violences sexuelles contre les femmes, le recrutement d'enfants-soldats, pas d'accès aux soins de réadaptation pour les blessés..."  La crise humanitaire au Kasaï est particulièrement inquiétante pour notre directeur de programme sur place. Handicap International a envoyé une ééquipe d'intervention d'urgence. 

Comment décrire la situation dans le Kasaï?

Guillaume Zerr : "La situation est alarmante et empire de jour en jour. Dans ce contexte de violence, plus d’un million de personnes ont déjà été déplacées, des centaines ont perdu la vie, et des milliers d’autres ont été blessées. Il s’agit d’une nouvelle crise humanitaire dans une région qui connaissait une relative stabilité.

Les organisations humanitaires commencent à se mobiliser, mais les moyens financiers destinés à l’aide ne sont pas suffisants pour apporter un soutien adapté aux populations affectées. C’est très inquiétant.“

Quel est concrètement l'impact de cette crise pour la population ?

Guillaume Zerr: “ Les personnes les plus fragiles sont davantage exposées aux risques de violences. Les femmes sont susceptibles de subir des violences sexuelles, des milliers d’enfants risquent d'être enrôlés dans des milices. De plus, la fuite du personnel médical et les difficultés d’approvisionnement de médicaments limitent l’accès aux soins de santé et aux soins de réadaptation pour les personnes blessées.

Le risque de malnutrition augmente également : les activités agricoles sont interrompues. Cela représente plus de deux saisons de récoltes.Et l’accès à l’eau, qui était déjà compliqué, devient très problématique. Les sources sont situées en dehors des villages, et leurs habitants n’osent plus s’y rendre dans ce contexte d’insécurité. Enfin, acheminer l’aide humanitaire dans des zones plus reculées est compliqué, car les routes, peu bitumées, sont très peu accessibles.”

Comment venir en aide à la population ?

Guillaume Zerr: “ Les organisations humanitaires sont rares dans cette région qui connaissait un contexte stable. Handicap International mène des séances de réadaptation et favorise l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans le Kasaï depuis 2015, ce qui nous a permis d’établir des relations étroites avec les populations locales. Des liens utiles pour les actions d'urgence que nous voulons mettre e oeuvre aujourd'hui."

Que fait Handicap International ?

Guillaume Zerr: “ Répondre aux besoins des victimes de cette crise est une priorité. Nous avons donc décidé d’envoyer une équipe d’urgentistes en renfort afin de coordonner nos actions. Nous recrutons des kinésithérapeutes qui vont mener des séances de réadaptation dans l’hôpital général de référence de Kananga ainsi que dans l’hôpital de Tshikaji auprès de 200 personnes blessées. Nous fournissons également des équipements (tables d’exercices, poids, etc.) et des aides à la mobilité (déambulateurs, fauteuils roulants, etc.).

Nous souhaitons également apporter un soutien psychologique aux personnes affectées, afin de les aider à surmonter leurs traumatismes. Nous évaluons aussi comment nous pouvons mettre en place une plateforme logistique pour que les villages éloignés puissent recevoir une aide et nous voulons organiser des distributions de nourriture."

Deux millions de personnes sont touchées par la violence au Kasaï. Aidez Handicap International à mettre en place des soins de réadaptation pour les blessés. Cliquez ici et faites un don.

Pour aller plus loin

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.

 

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide psychologique de « premiers secours » à 500 personnes

L’explosion du 4 août à Beyrouth a traumatisé toute une population. En deux semaines, les équipes de HI ont apporté une aide psychologique d’urgence à près de 500 personnes.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.