Accès direct au contenu

Une prothèse pour Mohamad Ali

Urgence
Syrie
Amputé suite à une blessure, Mohamad Ali est désormais réfugié dans la plaine de la Bekaa au Liban avec sa famille. Il est l'une des nombreuses victimes du conflit syrien prises en charge par Handicap International.
Mohamad avec sa prothèse

Amputé suite à une blessure, Mohamad Ali est désormais réfugié dans la plaine de la Bekaa au Liban avec sa famille. Il est l'une des nombreuses victimes du conflit syrien prises en charge par Handicap International.

Mohamad Ali a fait ses premiers pas il y a quelques mois. Il est désormais appareillé d’une prothèse, une nouvelle jambe qui permet à ce Syrien de 65 ans de marcher de nouveau. Avec sa famille, il vit dans la plaine de la Bekaa au Liban, après avoir  fui les combats en Syrie.
Il a perdu sa jambe en octobre 2012, suite à un bombardement. Marié depuis 43 ans, il est père de 4 garçons et de 2 filles qui sont tous mariés. Ils n’ont plus de nouvelles de l’un d’entre eux depuis qu’ils ont quitté leur pays en décembre 2012.
Dans l’immeuble où ils sont désormais hébergés, ils vivent dans une grande précarité faute de ressources. A son arrivée, Mohamad avait toutes les peines du monde à se déplacer, il restait donc confiné dans un appartement situé au premier étage sans pouvoir descendre l’escalier.

En avril dernier, une équipe mobile de Handicap International a repéré Mohamad Ali et sa famille. Composée d’un travailleur social et d’un kinésithérapeute, cette équipe, comme les 18 autres qui interviennent au Liban, a pour mission d’identifier les personnes les plus vulnérables pour leur apporter une aide spécifique. Concrètement, cela implique d’aller dans les villages, dans les quartiers, pour repérer les nouveaux arrivants afin de connaitre leurs besoins. En fonction de cette évaluation, les équipes de l’association décident alors de l’aide à apporter. Il est par exemple possible de fournir des soins spécifiques, des béquilles. cela peut même être des objets nécessaires à la vie quotidienne, comme des ustensiles de cuisine.

Pour Mohamad Ali, l’équipe de Handicap International a organisé des séances de réadaptation physique, afin de préparer son appareillage. Il a ensuite reçu une prothèse, via notre partenaire local, puis il a dû refaire de la kiné pour apprendre à s’en servir.
Désormais, Mohammad Ali peut descendre les escaliers de son immeuble. Il voudrait maintenant trouver un moyen de gagner un peu d'argent pour aider sa famille.

 


 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.