Go to main content

Urgence Libye : faire face au danger des mines

Mines et autres armes
Handicap International prépare pour ces prochains jours le déploiement d’une mission d'urgence d'éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Libye.
déminage au Liban

Handicap International prépare pour ces prochains jours le déploiement d’une mission d'urgence d'éducation aux risques des mines et restes explosifs de guerre en Libye.

Entre le 15 et le 23 mars, Handicap International a déjà conduit une mission d’évaluation sur place qui a recueilli des informations concordantes sur la présence de très nombreux restes explosifs de guerre (obus d’artillerie et de mortiers, roquettes, missiles, mines terrestres, grenades non explosés). D’importantes opérations de déminage seront nécessaires après la fin des hostilités. Dans l’intervalle, pour sauver des vies, l’urgence est à l’information et à la sensibilisation des populations au danger mortel de ces armes.

Le 30 mars, l'utilisation de mines antipersonnel par les forces gouvernementales libyennes, menaçant la sécurité des populations civiles a été confirmée par Human Rights Watch. Deux jours plus tôt, 24 mines anti-véhicule et entre 30 et 40 mines antipersonnel ont été trouvées à proximité d’Ajdabiya, une agglomération de 100 000 habitants que les forces gouvernementales libyennes ont occupée entre le 17 et le 27 mars.

Cette découverte fait suite à celle de mines anti-véhicule par des civils près de l’Université de Ghar Yunis à Benghazi. Toujours à Benghazi, les Nations unies ont localisé 12 entrepôts contenant des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

A l’occasion de la Journée internationale de la sensibilisation au problème des mines et de l’assistance à la lutte anti-mines le 4 avril prochain, les Nations unies vont lancer un appel pour l’universalisation du Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel. La Lybie fait partie des 37 Etats qui refusent toujours d’interdire ces armes. Avant le conflit en cours, le territoire libyen était déjà pollué par des mines datant de la Seconde Guerre mondiale.

« D’expérience, Handicap International peut témoigner des conséquences effroyables des mines sur les populations civiles, indique Bruno Leclercq, responsable de l’unité politique de Handicap International. Ces armes feront des victimes dans les familles libyennes, et ce durant de nombreuses années après la fin de la guerre. Ceci confirme encore la nécessité de se battre pour que tous les Etats adhèrent enfin au traité interdisant les mines antipersonnel,  afin que le monde soit quitte de ces armes inadmissibles »

Pour aller plus loin

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines
X. Depreytere - H.I.
Mines et autres armes

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics ont pour la première fois localisé des mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad depuis février cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure et révolutionnaire pour les acteurs du déminage !

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.