Accès direct au contenu

Violences sexuelles : Handicap International brise les tabous

Santé
Les enfants ayant un handicap physique ou mental sont plus facilement victimes de violences sexuelles que les enfants sans handicap, ce qui est souvent dû à leur dépendance vis-à-vis de l’auteur des faits. Handicap International a démarré un projet au Burundi, au Kenya et au Rwanda dans le but de s’attaquer au problème.
enfants victimes de violences sexuelles assis les mains croisées sur leur genoux

Les enfants ayant un handicap physique ou mental sont plus facilement victimes de violences sexuelles que les enfants sans handicap, ce qui est souvent dû à leur dépendance vis-à-vis de l’auteur des faits. Handicap International a démarré un projet au Burundi, au Kenya et au Rwanda dans le but de s’attaquer au problème.

« Pour les enfants handicapés, le risque d’être victimes de violences sexuelles est trois à quatre fois plus élevé que pour les enfants sans handicap. Et pourtant, le sujet reste tabou », dit Sofia Hedjam, coordinatrice régionale du projet. « Les victimes sont souvent exclues. En outre, les enfants handicapés ont, quoi qu’il advienne, peu accès aux services comme l’éducation et la santé publique. Ils ne peuvent donc pas non plus être accueillis par cette voie. Et les affaires sont rarement portées devant le tribunal : parce que la loi n’est pas adaptée ou parce qu’il est difficile de faire témoigner un enfant handicapé devant le tribunal. »

Au mois de mars, le projet Ubuntu Care a démarré dans la région de Kigali au Rwanda. « L’élaboration de nos activités, ainsi que leur développement et leur évaluation, se fera en collaboration avec les enfants. Notre méthodologie, s’appuyant sur le théâtre, l’art et le jeu, leur sont adaptées », déclare Sofia Hedjam.

En outre, Handicap International entre en contact avec des familles et s’adresse aux communautés locales pour leur faire prendre conscience qu’il est de leur devoir d’assumer leur rôle protecteur à l’égard des enfants. Finalement, des données pertinentes seront recueillies au fil du projet afin de soutenir nos actions de lobbying sur le plan national, régional et international. Ces actions permettent à Handicap International d’aborder le problème de la violence sexuelle avec des responsables politiques et de se focaliser sur l’extrême vulnérabilité des enfants handicapés.
 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».