Accès direct au contenu

Violences sexuelles : Handicap International brise les tabous

Santé
Les enfants ayant un handicap physique ou mental sont plus facilement victimes de violences sexuelles que les enfants sans handicap, ce qui est souvent dû à leur dépendance vis-à-vis de l’auteur des faits. Handicap International a démarré un projet au Burundi, au Kenya et au Rwanda dans le but de s’attaquer au problème.
enfants victimes de violences sexuelles assis les mains croisées sur leur genoux

Les enfants ayant un handicap physique ou mental sont plus facilement victimes de violences sexuelles que les enfants sans handicap, ce qui est souvent dû à leur dépendance vis-à-vis de l’auteur des faits. Handicap International a démarré un projet au Burundi, au Kenya et au Rwanda dans le but de s’attaquer au problème.

« Pour les enfants handicapés, le risque d’être victimes de violences sexuelles est trois à quatre fois plus élevé que pour les enfants sans handicap. Et pourtant, le sujet reste tabou », dit Sofia Hedjam, coordinatrice régionale du projet. « Les victimes sont souvent exclues. En outre, les enfants handicapés ont, quoi qu’il advienne, peu accès aux services comme l’éducation et la santé publique. Ils ne peuvent donc pas non plus être accueillis par cette voie. Et les affaires sont rarement portées devant le tribunal : parce que la loi n’est pas adaptée ou parce qu’il est difficile de faire témoigner un enfant handicapé devant le tribunal. »

Au mois de mars, le projet Ubuntu Care a démarré dans la région de Kigali au Rwanda. « L’élaboration de nos activités, ainsi que leur développement et leur évaluation, se fera en collaboration avec les enfants. Notre méthodologie, s’appuyant sur le théâtre, l’art et le jeu, leur sont adaptées », déclare Sofia Hedjam.

En outre, Handicap International entre en contact avec des familles et s’adresse aux communautés locales pour leur faire prendre conscience qu’il est de leur devoir d’assumer leur rôle protecteur à l’égard des enfants. Finalement, des données pertinentes seront recueillies au fil du projet afin de soutenir nos actions de lobbying sur le plan national, régional et international. Ces actions permettent à Handicap International d’aborder le problème de la violence sexuelle avec des responsables politiques et de se focaliser sur l’extrême vulnérabilité des enfants handicapés.
 

Publié le : 12 janvier 2021

Pour aller plus loin

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation
© HI
Réadaptation Santé

Malgré le COVID-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

La crise du COVID-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et l’équipe de Handicap International de trouver des moyens pour aider la petite fille. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.