Burkina Faso

Tabous, croyances ou fatalisme génèrent un rejet des personnes handicapées dans le pays. Handicap International défend leurs droits fondamentaux et remet des enfants handicapés sur le chemin de l’école.

Actions en cours

Bien que des efforts soient entrepris au Burkina Faso, les personnes handicapées sont souvent tenues en marge de la société, et ce dès l’enfance. Elles n’accèdent ni à l’éducation ni à la formation professionnelle, deux domaines dans lesquels Handicap International s’investit afin d’améliorer leurs conditions de vie.

L’association promeut et valorise des initiatives destinées à faire respecter leurs droits fondamentaux : être soigné, travailler, aller à l’école.... Ainsi, avec son projet de scolarisation, Handicap International facilite l’accès aux bancs de l’école primaire pour les enfants handicapés. Pour pérenniser ce projet, l’association forme et sensibilise les acteurs du handicap et de l’éducation inclusive.

Depuis 2016, l’association mène un projet de prévention des risques de retards de développement et de séquelles invalidantes chez les jeunes enfants ayant souffert de malnutrition, grâce à la kinésithérapie et à la stimulation psycho-affective (encouragement des interactions entre les parents et les enfants, stimulation par le jeu, etc.). Le projet prévoit d’aider 11 500 enfants burkinabés au cours des deux prochaines années.

En outre, Handicap International contribue à la réduction de la violence faite aux enfants. Pour cela, l’association met en place des activités visant à renforcer la prévention de la violence et des abus sexuels envers les enfants, ainsi qu’un appui au système de prise en charge des enfants (acteurs de la santé, psychologues).

En 1990, le Burkina Faso constitue la première mission de Handicap International en Afrique de l'Ouest. En partenariat avec le ministère de la Santé publique, l’association reconvertit un centre d'appareillage destiné aux anciens combattants en centre national d'appareillage orthopédique. Puis elle aide plusieurs autres centres de réadaptation à se développer. Aujourd’hui, l’association accompagne la mise en place d’un réseau régional de réadaptation fonctionnelle et son intégration au sein du système sanitaire national. Handicap International forme à cette fin des professionnels de la santé et de la réadaptation fonctionnelle. Plus de 120 infirmiers, personnels de santé, orthoprothésistes et auxiliaires de rééducation ou d’appareillage en ont déjà bénéficié.

Domaines d’intervention

  • Appareiller et rééduquer
  • Scolariser les enfants handicapés
  • Protéger les populations
  • Renforcer le réseau associatif

Situation du pays

Le Burkina Faso compte parmi les pays les plus pauvres de la planète. Les plus fragiles sont touchés par l'analphabétisme, le manque d'accès aux soins et la baisse du pouvoir d'achat.

Les populations les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées, ne bénéficient quasiment d'aucun accompagnement médical et participent peu à la vie économique et sociale du pays. Il leur est difficile d'accéder pleinement à des droits aussi fondamentaux que l'accès à l'éducation, à la formation professionnelle, à l'emploi... La plupart d'entre elles se retrouvent ainsi en situation d'exclusion et de très grande pauvreté.

85,5 % [1] des personnes handicapées burkinabè n'ont aucun niveau d'instruction, tandis que 56,5 % n’ont pas d’activité professionnelle et que 72,6 % des enfants handicapés ne sont pas scolarisés.

La croissance démographique folle de la capitale Ouagadougou, qui dépasse désormais 1,5 million d'habitants, est également un problème. Celui-ci se pose en termes de pollution et de sécurité, mais aussi d'infrastructures de transport, de santé et d'éducation qui ne sont pas adaptées aux besoins des personnes handicapées.
Après 27 ans au pouvoir, Blaise Compaoré a été contraint de démissionner en octobre 2014 à la suite d’un soulèvement populaire. Un gouvernement de transition est en place jusqu’à l’élection présidentielle, prévue en octobre 2015. Les évènements récents ont freiné la croissance du pays, qui est estimée à 5 % par le FMI[2] pour 2015, soit une diminution des prévisions de 1 à 2 points.

Quelques chiffres

  • Une équipe composée de 60 personnes.
  • Date d'ouverture du programme : 1990

[1] Burkina : Recensement général de la population et de l’habitation, mené en 2006 et paru en juillet 2008.
[2] FMI : Fonds Monétaire International

Le programme ESSPOIR

Les Enfants malnutris du Sahel sont Stimulés, Protégés, Orientés et Intégrés dans leur communauté devenue plus Résiliente

La malnutrition dans la région du Sahel est un problème persistant qui met sous pression les systèmes de santé dans la région. La déficience en minéraux et vitamines clés pourra avoir des conséquences à long terme sur l’individu. L’isolation sociale est encore un autre élément qui met les systèmes socio-économiques sous pression pour le futur.

L’approche d’assistance de ce programme ESSPOIR est conçue pour intégrer des mécanismes de protection et de prévention pour combler les lacunes en termes de réponse aux besoins spécifiques des enfants malnutris, et des familles les plus vulnérables. Le programme contribuera de manière importante à la prévention de toutes les formes d’invalidités chez les enfants à risque, et à la protection des communautés par une approche psychosociale. Le programme met l’accent sur les activités de stimulation, d’éveil et l’appui psychosocial pour tous les enfants suivis dans les centres de santé afin qu’ils récupèrent au niveau émotionnel mais aussi au niveau nutritionnel. De plus, le programme se focalise sur le renforcement des capacités des institutions de santé existantes. Pour avoir une réussite optimale du programme, le programme va travailler sur le renforcement des capacités institutionnelles et promouvoir des échanges régionaux pour apprendre des expériences des autres.

Avec le support du gouvernement belge pour la période Septembre 2015- Septembre 2017 au Mali, Burkina Faso et Niger.

Pour en savoir plus sur nos projets dans ce pays, ainsi que les bailleurs de fonds qui financent nos actions :