Presse

Bruxelles, mercredi 3 avril 2019 - À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, Handicap International s’alarme des nouvelles contaminations dues, lors de conflits actuels ou récents, à l’utilisation massive d’armes explosives dont celle, croissante, des mines artisanales. Souvent situées dans des quartiers urbains, ces zones contaminées sont plus complexes à déminer et posent des défis nouveaux pour le déminage humanitaire. 

Bombardements indiscriminés, crise alimentaire avérée, épidémies dévastatrices, depuis 2015, les civils Yéménites paient le prix d’une guerre sans loi entre les Houthis et les forces gouvernementales soutenues par la coalition menée par l’Arabie Saoudite. Alors qu’en décembre 2018, une résolution de l’ONU laissait entrevoir un cessez-le-feu, à Hodeïda, Hajjah, Sana’a, les violations de l’accord sont aujourd’hui quotidiennes. 18 000 raids aériens face à un recours systématique aux mines antipersonnel, c’est le bilan d’une guerre asymétrique dont les civils sont les premières victimes.

Après 8 ans de conflit, 11,7 millions de Syriens ont toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence, soit 70 % de la population. L’accès aux services de base (santé, nourriture, eau potable, abri, etc.) reste une priorité absolue alors que la contamination du pays aux restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage - empêche le retour des populations et compliquera considérablement la reconstruction du pays. Depuis 7 ans, Handicap International vient en aide aux Syriens réfugiés en Jordanie et au Liban à travers des projets de soutien psychosocial et de réadaptation.  

Handicap International a récompensé cet après-midi plus d’une dizaine d’élèves qui ont participé à la première édition du concours d’écriture organisé en partenariat avec le JDE. En quelques semaines, l’organisation avait reçu pas moins de 80 textes d’enfants et ados de 9 à 13 ans sur le thème « un jour, un enfant handicapé est entré dans la classe ».

Ce 8 mars, Journée Internationale des droits des femmes, Handicap International demande plus d’attention pour les femmes et filles en situation de handicap, elles qui sont plus souvent victimes de violences et davantage exposées à un risque accru de pauvreté ou d’exclusion sociale. 

Erwin Telemans est le nouveau directeur général de l’organisation humanitaire Handicap International Belgique. Après 20 ans de carrière en Afrique, il reprend le flambeau de Jean Van Wetter, qui était depuis 2016 à la tête de l’organisation.
 

Publié aujourd’hui, le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions, qui fête cette année ces 10 ans, dénombre 289 victimes d'armes à sous-munitions en 2017, dont 187 en Syrie. 99% des victimes étaient des civils. En vue de la conférence des Etats parties à la Convention d’Oslo, qui interdit les armes à sous-munitions, du 3 au 5 septembre à Genève, Handicap International appelle les Etats à appliquer le droit international et stopper l’utilisation de cette arme.

Alors que l’éducation est un droit pour tous les enfants dans le monde, 32 millions d’enfants handicapés ne sont pas scolarisés. Handicap International lance avant le début de la rentrée scolaire une nouvelle campagne internationale « school 4 all » afin d’attirer l’attention sur ces millions d’enfants privés d’éducation. 

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs[1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés. Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 
 

Pages