Accès direct au contenu

COVID-19: les personnes handicapées risquent d'être victimes de stigmatisation et de discrimination

Bruxelles, le vendredi 10 avril 2020 - Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19 et venir en aide aux plus vulnérables, mais l’organisation s’inquiète : sans mesures appropriées, la pandémie risque d'aggraver la situation des personnes en situation de handicap, dans les pays les plus pauvres, en conflit ou frappés par des catastrophes et qui font déjà face à un accès limité aux services de santé.

Handicap International s’inquiète de la situation des personnes handicapées, qui sans mesures appropriées, risque de s’aggraver. « Le COVID-19 interrompt les services auxquels les personnes handicapées ont habituellement recours, notamment l’accès à un soignant. Pendant les crises sanitaires telles que la pandémie du coronavirus, les systèmes de santé des pays fragiles sont dépassés et incapables d’assurer les autres soins de santé. Nous craignons également que les personnes handicapées soient victimes de stigmatisation et de discrimination de la part d’un personnel médical non préparé ou, pire, qu’elles se voient refuser le traitement si la priorité est donnée aux patients sans handicap, du fait de la capacité limitée des hôpitaux, » s’inquiète Fanny Mraz, de la Direction de l’Urgence de Handicap International.

Les personnes handicapées représentent 15 % de la population mondiale (1 milliard de personnes), 80 % d’entre elles vivent en dessous du seuil de pauvreté, d’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Elles sont confrontées à de multiples obstacles notamment dans l’accès aux services de santé : coût des soins, coût du transport vers un établissement de santé, absence d’interprétation en langue des signes, stigmatisation et discrimination. Les personnes vulnérables risquent également de se retrouver sans revenus dans les prochaines semaines, voir mois, due à la perte de leur emploi.
 
Le manque d’informations sur le COVID-19 dans des formats accessibles (faciles à lire, sous-titres ou langue des signes, braille, enregistrements audio et supports compatibles avec les logiciels de lecture sur écran) et d’installations sanitaires accessibles représente également un facteur de risque pour certaines personnes handicapées.
 
Selon Fanny Mraz, « Les personnes avec un handicap, atteintes d’une maladie chronique ou âgées font aussi face à un risque d’isolement et d’exclusion, car les services et réseaux d’aide sociale, et notamment l’aide à la personne, indispensable à certains au quotidien, sont limités ou interrompus. La distanciation sociale et la quarantaine peuvent s’avérer impossibles pour ceux qui ont besoin d’une aide pour manger, s’habiller et se laver. Il est crucial de limiter les conséquences de l’interruption des services d’aide sociale due au COVID-19 sur la vie des personnes qui ont le plus besoin de cette aide. »
 
Handicap International adapte ses actions
Handicap International adapte ses interventions en y incluant des actions de prévention de la transmission du COVID-19 et en assurant l’accès des plus vulnérables aux services de base (nourriture, produits d’hygiène, services de santé). 50 projets ont commencé à intégrer des mesures contre le virus, avec des actions de sensibilisation et de prévention (Algérie, Bangladesh, Colombie, Éthiopie, Haïti, Libye, Madagascar, Mali, Sierra Leone...), l’adaptation de l'appui logistique en Afrique centrale et la distribution d’équipements de protection (gants, masques, gel hydroalcoolique, surtout au Rwanda).
 
Atlas Logistique, l’unité logistique de l’organisation spécialisée dans la chaine d'approvisionnement et les solutions logistiques pour les ONG, mettra à la disposition des autres ONG ses plateformes logistiques. Les activités de réponse d’urgence incluent la distribution de produits d’hygiène ou le soutien aux activités de subsistance. 

Diana Diana Diana Diana

PRENEZ CONTACT AVEC
DIANA VANDERHEYDE

+32 489 77 92 77
d.vanderheyde@hi.org