Sénégal

Au Sénégal, Handicap International s’implique auprès des enfants handicapés. Dans la région de Casamance, elle mobilise son expertise pour lutter contre les mines antipersonnel.

Actions en cours

Aujourd’hui, Handicap International mène de nombreuses actions au profit des enfants handicapés dans la région de Dakar et en Casamance :

  • L’association prévient, détecte et prend en charge les déficiences en lien avec la santé maternelle, néonatale et infantile.
  • Elle agit pour permettre aux enfants d’aller à l’école et de participer à des activités sportives au même titre que les autres enfants
  • Elle lutte contre les violences sexuelles à leur encontre.

En parallèle, l’association conduit pour les adultes handicapés un projet d’insertion professionnelle.

L’autre axe d’intervention majeur de Handicap International au Sénégal consiste à protéger les populations de Casamance des mines antipersonnel et anti-char qui menacent leur vie et freinent le développement de leur région. Cette lutte acharnée contre les mines antipersonnel a commencé dès 1999 pour l’association, avec une vaste campagne d’éducation des populations au danger des mines. Puis pour aider les victimes de ces armes, elle construit en 2006, le centre d’appareillage et de réadaptation de l’hôpital régional de Ziguinchor. En 2007, Handicap International démarre les activités de déminage dans cette même région. Après une première phase de 5 ans ces activités sont interrompues et avant de reprendre, en octobre 2015.  

Domaines d'intervention

  • Scolariser les enfants handicapés
  • Prévenir les handicaps
  • Insérer les personnes handicapées dans le monde du travail
  • Prévenir le handicap chez la mère et l’enfant
  • Insérer les personnes handicapées dans la société
  • Lutter contre les mines, les armes à sous-munitions et restes explosifs de guerre  

Le Sénégal est une puissance économique importante en Afrique de l’Ouest mais les richesses sont réparties de manière inégale. 45,1 % des habitants du pays vivent dans une situation d’extrême pauvreté ; au premier rang desquels les personnes handicapées. En outre au Sud du pays, en Casamance, la population vit toujours sous la menace des mines antipersonnel.

Le contexte législatif sénégalais en matière de handicap évolue positivement depuis 2010, avec la ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées[1]. Cependant, les lois adoptées consécutivement peinent encore à se traduire en actions politiques concrètes. Les personnes handicapées sénégalaises rencontrent quotidiennement des difficultés pour accéder aux services de santé, à l’éducation, ou à l’emploi. Victimes de discriminations, elles continuent de lutter pour faire reconnaître leurs droits fondamentaux. Handicap International est engagée à leurs côtés depuis 1995.

Le pays est par ailleurs très impacté par le conflit qui a opposé l’armée sénégalaise au mouvement autonomiste de Casamance depuis 30 ans. Ce conflit a appauvrit le pays et constitue un frein à son développement, notamment en raison de l’utilisation de mines antipersonnel. De fait, l’accès aux terres agricoles est très limité dans cette région considérée comme le « grenier du Sénégal ». Depuis 1988, année de la ratification par le pays du Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel, le nombre de victimes de mines connues s’élève à 854[2]. Parmi elles, 635 ont survécu et nécessitent des soins, des appareillages et un accompagnement médical, social et économique. La plupart sont en situation de grand dénuement.

Quelques chiffres

  • Une équipe composée de 54 personnes.
  • Date d'ouverture du programme : 1995

[1] Cette convention a pour objet de promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales par les personnes handicapées. Elle vise également à promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque.
[2] Victimes recensées entre 1988 et 2012.

Pour en savoir plus sur nos projets dans ce pays, ainsi que les principaux bailleurs de fonds qui financent nos actions :