Goto main content

"L’aide psychologique d’urgence pour éviter les complications”

Réadaptation Urgence
Syrie

Mehdi Firouzi supervise les équipes psychosociales de Handicap International en Syrie. Il nous explique les avantages de l’aide psychologique d’urgence après une tragédie comme le tremblement de terre du 6 février.

Destruction à Jenderes dans le Nord-Ouest de la Syrie

Destruction à Jenderes dans le Nord-Ouest de la Syrie | HI

Plus de 50 spécialistes de la santé mentale et du soutien psychosocial - de Handicap International et de ses partenaires - aident les survivants.

« Les gens sont maintenant en ‘mode de survie’. »

En termes psychologiques, les gens sont maintenant en "mode survie". Nous leur apportons les premiers secours psychologiques (PFA) : il s'agit de consultations individuelles, de conversations que les travailleurs psychosociaux ont avec les patients, les soignants, les proches d'une personne blessée – toute personne en ayant besoin... Une telle conversation peut durer environ 30 minutes. L'idée est de stabiliser la personne, d'essayer de la calmer.

Cela se fait principalement par une écoute très active, en lui donnant l'espace, la sécurité et le temps de parler de ce dont elle veut parler, et en lui redonnant le sentiment d'avoir le contrôle. Au cours de ces entretiens, nous reconnaissons leurs préoccupations, nous validons leurs sentiments, qui sont des sentiments de détresse, d'anxiété ou peut-être de colère - après de telles catastrophes naturelles, il n'est pas rare que certaines personnes expriment de la colère, par exemple si l'aide a été retardée.

De nombreuses personnes dans le nord-ouest de la Syrie ont exprimé un sentiment d'abandon. Il peut donc y avoir beaucoup de colère. Nous gardons également un œil sur tout symptôme grave de détresse que certains pourraient présenter. La crise est encore très récente, donc beaucoup de gens sont encore en mode d'hyper vigilance. Ils sont encore très anxieux. Certains d'entre eux, par exemple, ne dorment pas...

Assurer leurs besoins fondamentaux

Beaucoup s'inquiètent de la sécurité de leurs enfants, de leur avenir s'ils ont perdu leur maison... Il y a encore des répliques dans la région et il est très difficile pour les gens de se sentir en sécurité.

Nous essayons de nous assurer que leurs besoins fondamentaux soient satisfaits, comme avoir un abri, de la nourriture, des vêtements chauds... Si les gens ont des besoins fondamentaux qui ne sont pas satisfaits, nous essayons de les identifier et de les mettre en relation avec les organisations existantes.

Nous menons les consultations PFA dans de nombreux d'hôpitaux (services d'urgence, services hospitaliers ou ambulatoires), de centres de santé et de centres communautaires Nous devons faire face à l'afflux important de blessés, dont certains seront marqués à vie mentalement ou physiquement.

Réduire le risque de complications psychologiques

Parmi les personnes qui viennent de subir un tremblement de terre, il est encore très difficile de dire lesquelles présenteront durablement des symptômes d'anxiété, car la situation est assez complexe. Il est raisonnable de laisser passer un certain temps avant de dire : « OK, cette personne présente des symptômes très graves et risque, par exemple, de développer un trouble de stress post-traumatique (TSPT) ». Cependant, nous savons que si les survivants d'un incident traumatique, tel que le tremblement de terre et ses conséquences, bénéficient de suffisamment de temps, de sécurité, de besoins fondamentaux (nourriture, abri, vêtements chauds, etc.) et de soutien social (par la famille, la communauté, les pairs, etc.), ils sont capables de se rétablir mentalement sans avoir besoin d'un soutien spécialisé. Il est donc important de faciliter au mieux l'accès à ces besoins fondamentaux.

Les bénéfices de l’aide psychologique d’urgence

L’aide psychologique d’urgence (APU) réduit les risques de complications psychologiques : Les personnes qui reçoivent ce soutien sont moins susceptibles de rester dans un état d'anxiété prolongé. Cela peut les aider à mieux se remettre du choc initial.

L'APU est un moyen d'atténuer les risques. Ce n'est pas un outil magique. Il ne guérit personne. Il ne sauve personne, mais parce que nous nous concentrons sur la stabilisation de la personne et que nous l'encourageons à réfléchir à des solutions pour elle-même afin de lui redonner un certain contrôle sur la situation, cela réduit d'une certaine manière le risque de complications ultérieures.

 

Publié le : 22 février 2023

Pour aller plus loin

Crise au Nord-Kivu : des cliniques mobiles pour fournir des soins indispensables
© HI
Santé Urgence

Crise au Nord-Kivu : des cliniques mobiles pour fournir des soins indispensables

Handicap International déploie des cliniques mobiles dans le Nord-Kivu afin de renforcer l’accès aux soins de santé et apporter une assistance médicale et psychosociale aux populations déplacées par les conflits.

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan
© M. Degue Mohassingar / HI
Prévention Urgence

7 choses à savoir sur le conflit au Soudan

Le 15 avril 2023 un conflit armé a éclaté au Soudan. Dès le mois de mai 2023, Handicap International s'est mobilisé à l'Est du Tchad pour soutenir et prendre en charge les réfugiés soudanais fuyant la violence.

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Présent au Maroc depuis 1993, Handicap International œuvre aux côtés de ses partenaires pour apporter une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre.