Accès direct au contenu

100 ans pour débarasser le Laos des bombes

Mines et autres armes Santé
Laos
Les cicatrices sur les mains et le visage de Nouay sont les traces d'un accident provoqué par une sous-munition alors qu'il était enfant. Aujourd'hui, le jeune homme est démineur pour Handicap International. . "Parfois, j’ai mal à la main, mais je continue parce mon travail permet d’éviter à d’autres personnes de terribles accidents."
 Nouay, un jeune Laotien, pose dans son uniforme de démineur de Handicap International, son détecteur de métaux à la main et un large sourire sur le visage

Les cicatrices sur les mains et le visage de Nouay sont les traces d'un accident provoqué par une sous-munition alors qu'il était enfant. Aujourd'hui, le jeune homme est démineur pour Handicap International. . " Parfois, j’ai mal à la main, mais je continue parce mon travail permet d’éviter à d’autres personnes de terribles accidents. "

Sous un soleil de plomb et une chaleur qui atteint les 39°C, Nouay Phonesomxay et ses collègues démineurs de Handicap International se déplacent lentement à la recherche de bombes sur les territoires aux abords du village de Ponntong,  près de la Piste Hô Chi Minh. Pendant la guerre du Vietnam, les Vietnamiens du Nord utilisèrent la Piste Hô Chi Minh pour ravitailler les troupes du Sud Vietnam en passant par le Laos. Cet itinéraire fut lourdement bombardé par les États-Unis et la zone est encore polluée aujourd’hui par des engins non explosés.

La végétation est riche, le terrain, 2500 m², vaste. Malgré le terrain difficile, les démineurs ont déjà retrouvé 19 bombes sur ce site. Nouay progresse sur sa parcelle de terre en serpentant, un détecteur de métaux dans une main et une pelle dans l’autre. Soudain, son détecteur se met à sonner haut et fort. Nouay s’agenouille pour fouiller avec sa pelle. À la différence des mines terrestres, qui peuvent se déclencher au moindre contact, les sous-munitions et les autres explosifs trouvés au Laos sont moins sensibles. Un démineur peut donc creuser délicatement autour d’engins non explosés sans déclencher d'explosion. Mais cette fis, fausse alerte : Nouay ne dégage qu'un inoffensif bout de métal.

Une victime devenue démineur

Il manque une phalange sur quatre des doigts de la main droite de Nouay, et il porte des cicatrices sur les mains et sur le visage. Malgré tout, Nouay travaille comme les autres démineurs. " Je suis très fier de travailler pour Handicap International, " affirme Nouay. " Parfois, j’ai mal à la main, mais je continue parce mon travail permet d’éviter à d’autres personnes de terribles accidents. "

Nouay avait neuf ans. Il joue, ramasse une ‘pierre’. Il la jette par terre, elle lui explose au visage. Ses mains, son visage et son œil gauche sont touchés par des éclats. C’était l’une des quelque 270 millions de bombes à sous-munitions qui se sont abattues sur le Laos entre 1964 et 1973.

En 2014, une équipe de Handicap International s’est rendue dans le village de Nouay pour sensibiliser les habitants aux risques provoqués par les engins non explosés et leur apprendre à identifier, éviter et signaler les objets ressemblant à des bombes. " Après la réunion d’information, je suis allé voir le chef d’équipe et je lui ai demandé si Handicap International avait besoin de personnel, " raconte Nouay. " Il m’a dit que oui, et j’ai demandé s’ils donneraient sa chance à une personne handicapée comme moi. Il m’a dit d’envoyer ma candidature. Handicap International m’a recruté dans l’équipe. "

Les plans d'avenir de Nouay

Nouay et les membres de son équipe vivent ensemble et travaillent tous les jours de 7h30 à 16h30 pendant 21 jours d’affilée avant de rentrer chez eux et de se reposer jusqu’à la fin du mois. Un travail éprouvant pour Nouay, qui n’a que 20 ans. Mais il sait qu’il reste encore beaucoup de travail de déminage à effectuer. L’autorité nationale laotienne de régulation des engins non explosés estime qu’au rythme actuel, il faudra encore 100 ans pour nettoyer totalement le pays des bombes

" Le Laos est tellement contaminé, » rapporte Nouay. « Nous avons besoin de Handicap International. Besoin de plus de déminage, plus d’éducation aux risques et plus de gens qui soutiennent la paix dans le monde. À l’avenir, j’aimerais partager mon histoire avec tous les villageois du Laos, pour renforcer leur sécurité et leur montrer qu’une personne handicapée est capable de quelque chose d’important de sa vie. "

Pour aller plus loin

Rendre les soins de santé accessibles à tous
© Patrick Meinhardt / HI
Droits Réadaptation Santé

Rendre les soins de santé accessibles à tous

La crise engendrée par l’expansion de COVID-19 accentue l’exclusion des plus vulnérables, déjà confrontés à des difficultés d’accès aux soins de santé. Pourtant, cette accessibilité est plus importante que jamais.

Madame Dhahobo ne laissera pas passer le virus !
© HI
Prévention Réadaptation Santé

Madame Dhahobo ne laissera pas passer le virus !

Une équipe de Handicap International rend visite à Mrs Dhahabo, une femme de caractère dans la septantaine vivant dans un camp de réfugiés au Kénya. Elle apprend aux plus vulnérables dont les personnes handicapées comme Madame Dhahobo à se protéger contre la COVID-19.

 

COVID-19 : une crise mondiale et globale
HI
Prévention Santé

COVID-19 : une crise mondiale et globale

Combien de personnes sont ou vont être touchées par le COVID-19 dans les pays d’intervention de Handicap International ? Difficile d’avoir des chiffres exacts. Ce qui est certain, c’est que la crise touche les plus vulnérables et aggrave les situations déjà problématiques.