Accès direct au contenu

3 - Sitting Bull

Troisième épisode de notre série de l'été sur les pas de Didier Demey

Geronimo

Geronimo | HI

Il ressemble à un Indien d'Amérique du Nord. Des cheveux longs, la peau burinée, un corps athlétique. Et il se met des fils rouges dans les cheveux qui lui font comme des plumes d’un oiseau qui serait vraiment rare. Alors je l’ai surnommé Geronimo. 

Vu qu’il doit faire pas loin de 90 kilos de muscles (même avec une jambe en moins et à 3600 mètres d’altitude), le technicien qui a produit la prothèse a dû faire appel à toute sa magie pour en faire une qui tienne.
 
Geronimo, ce qu’il aime bien c’est de rester assis sans rien dire, en salle de kiné, entre les barres parallèles et de regarder les autres s’affairer autour du lui. Il trouve cela apaisant, je suppose. Il ne me comprend pas quand je lui dis : « Yo, Geronimo, bouge-toi un peu l’arrière train, on t’a pas fait une prothèse en acier trempé pour que tu restes assis sur une chaise… Bouge ou je te rebaptise ‘Sitting Bull’ ». Il ne comprend pas, mais il rit. Et me tire la langue en se grattant le cuir chevelu, comme ça se fait par ici. Puis se remet à faire ses exercices. Si ça se trouve, il me comprend quand même.
 

Pour aller plus loin

Education inclusive : besoin de plus de volonté politique
© Nicolas Axelrod-Ruom /HI
Insertion

Education inclusive : besoin de plus de volonté politique

L'égalité d'accès à une éducation de qualité est le quatrième des Objectifs de développement durable, des engagements globaux à atteindre d'ici 2030. À l’occasion de la conférence Educaid, nous avons demandé à Valentina Pomatto, responsable du plaidoyer pour le développement inclusif chez Handicap International, à quel point des progrès ont déjà été réalisés.

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.