Accès direct au contenu

Apprendre à vivre avec une paralysie

Réadaptation
Haïti Vietnam
Handicap International bénéficie d’une solide expérience dans le traitement des lésions de la moelle épinière, pour lesquelles il n’existe souvent pas de prise en charge adaptée dans les pays du Sud. « « Nous participons en premier lieu à la rééducation physique des patients », déclare Eric Weerts, spécialiste en réadaptation pour Handicap International. Son expertise dans le traitement des lésions médullaires, Handicap International l’a construite au Vietnam. Une expertise utile aussi dans les situations d’urgence.
Une patiente d'un centre paratetra provincial au Vietnam fait ses exercices

Handicap International bénéficie d’une solide expérience dans le traitement des lésions de la moelle épinière, pour lesquelles il n’existe souvent pas de prise en charge adaptée dans les pays du Sud. « « Nous participons en premier lieu à la rééducation physique des patients », déclare Eric Weerts, spécialiste en réadaptation pour Handicap International. Son expertise dans le traitement des lésions médullaires, Handicap International l’a construite au Vietnam. Une expertise utile aussi dans les situations d’urgence.

Réadaptation physique : l’exemple du Vietnam

Un nombre alarmant de Vietnamiens souffrent de lésions de la moelle épinière, une conséquence directe de l’augmentation des accidents de la circulation. Les conditions de travail dangereuses sont aussi source de nombreux accidents. Les séquelles de ce type de lésion sont lourdes : chez les patients paraplégiques, les deux jambes sont paralysées, chez les tétraplégiques, ce sont les quatre membres. Beaucoup souffrent en outre de difficultés respiratoires, d’incontinence, de spasmes, de névralgies, de perte de la sensibilité et de troubles sexuels. Handicap International a d’abord ouvert un centre spécialisé dans les lésions de la moelle épinière à Ho Chi Minh Ville.« Puis, sur la base de notre expérience dans le sud, nous avons élaboré un programme national pour répartir l’offre de soins dans tout le pays», ajoute Eric Weerts.

Des conséquences sociales

Les équipes de Handicap International s'occupent également des patients après leur départ de l'hôpital. Faut-il un traitement supplémentaire, quel est l’impact de leur handicap sur leur vie sociale ?  « Nous posons énormément de questions aux patients et à leur famille, explique Eric. Quels sont leurs revenus, quels coûts médicaux ils doivent assumer, si un enfant manque l'école pour s'occuper d'un membre de sa famille... Ensuite, nous observons la qualité de vie des patients. Nous leur demandons comment ils se sentent, s’ils ont encore des relations avec le monde extérieur et comment se passent leurs contacts physiques. Sur base de ces discussions, nous dressons des profils pour différentes catégories de patients. Cela nous permet de mieux répondre à leurs besoins et de former les travailleurs sociaux qui doivent suivre les patients sur le long terme.»

Aide d’urgence et prévention

Lors de catastrophes naturelles, les tremblements de terre par exemple, on rencontre souvent beaucoup de personnes atteintes de lésions de la moelle épinière. Après le séisme en Haïti, les infrastructures pour accueillir les patients para et tétraplégiques manquaient. « Nous avons essayé de proposer un accompagnement à domicile à autant de victimes que possible et d’assurer un accueil temporaire pour ceux qui avaient tout perdu » ajoute Eric. « Mais, en dehors des urgences, nous avons aussi constaté que beaucoup des accidents qui occasionnent des lésions de la moelle épinière pouvaient être évités.» C’est pourquoi Handicap International organise des projets de sécurité routière, au Vietnam notamment. Et dans le futur, nous accorderons toujours plus d’attention aux actions de prévention.

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».