Go to main content

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?

Mines et autres armes

Voilà déjà cinq ans que Handicap International alerte le grand public et les dirigeants du monde entier sur les ravages causés par l’utilisation des armes explosives en zone peuplée. Alma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur le désarmement, nous explique pourquoi ce combat est important.

Au nord d'une route, une femme syrienne tient un jeune garçon de +/- 2 ans dans ses bras.

On estime aujourd’hui que 90% des victimes sont des civils. On est loin des frappes chirurgicales et des dommages collatéraux ! | © Handicap International

Alma Al-Osta : " Je voudrais commencer par une statistique révoltante : on estime aujourd’hui que 90% des victimes sont des civils. On est loin des frappes chirurgicales et des dommages collatéraux ! "

" A l’heure actuelle, les bombardements et les tirs d’artillerie sont les méthodes les plus utilisées pour mener une guerre. Ces bombardements détruisent les villes, les infrastructures. Cela demandera des années d’abord de débarrasser les ruines des engins non explosés, puis de reconstruire.

Mais c’est surtout l’impact sur la population qui est terrible. Le témoignage de Farah en est un exemple. Elle a reçu un éclat d’obus dans la colonne vertébrale lorsque son école a été bombardée. Elle a pu être soignée et a survécu. Mais pensez aux souffrances physiques et au traumatisme psychologique d’une petite fille de onze ans qui apprend qu’elle ne pourra plus jamais marcher. Quelle peut être l’angoisse de sa mère qui se demande de quoi l’avenir de sa fille sera fait ? Comment trouver l’argent pour les soins, les médicaments ? Farah a reçu une chaise roulante, a pu retourner à l’école mais une des roues de sa chaise s’est brisée. Aujourd’hui, la petite est la maison et rêve de retourner à l’école. Hélas, ses parents ont peu de moyens."

La protection des civils avant tout

" Ce témoignage illustre aussi ce pourquoi Handicap International se bat : la protection des civils contre des armes destructrices utilisées à proximité de leur maison, écoles, hôpitaux… ; la reconnaissance du droit des victimes : les survivants, mais aussi les familles des personnes blessées ou tuées. 

Handicap International et ses partenaires de la coalition INEW a poussé les Etats à s’engager dans un processus diplomatique. L’objectif : aboutir à une déclaration politique qui les engage notamment à reconnaître l’ampleur du problème et condamner publiquement l’utilisation des armes explosives dans les zones peuplées, revoir les règles d’engagement militaire pour une meilleure protection des civils et offrir une réponse aux besoins des victimes à court et à long terme.

Le processus d’élaboration de cette déclaration a commencé à Genève en octobre et devrait aboutir début 2020 à Dublin. Une première étape majeure a été franchie : 84 Etats se sont déclarés favorables à une déclaration politique. Handicap International compte bien maintenir la pression pour qu’un maximum d’Etats la signe."

 

Published on: 21 novembre 2019

Pour aller plus loin

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines
X. Depreytere - H.I.
Mines et autres armes

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics ont pour la première fois localisé des mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad depuis février cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure et révolutionnaire pour les acteurs du déminage !

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.