Goto main content

Atténuer l’impact des conflits

Mines et autres armes

Le département de la Réduction de la violence armée chez HI supervise le déminage, l’éducation aux risques et la transformation de conflit... Des activités indispensables après une guerre.

Démineurs au Tchad

Démineurs au Tchad | © Gwenn Dubourthoumieu / HI

 Directrice de la Réduction de la violence armée chez HI, Perrine Benoist, explique les missions de son département.

Qu’est-ce que la réduction de la violence armée chez HI ?

Nous sommes une équipe d’une dizaine de personnes. Nous supervisons tous les programmes de l’association liés au secteur, historique chez l’association, de l’ « Action contre les mines », dont en premier, le déminage - des enquêtes de terrain sur la contamination auprès des communautés à la neutralisation des explosifs. Il s’agit aussi de la sensibilisation aux risques liés à la présence d’engins explosifs, afin de renforcer la sécurité et d’assurer le développement des communautés...

Parce qu’elles sont souvent handicapées à cause de leurs blessures, les victimes sont souvent exclues. Nous soutenons aussi leur inclusion sociale et professionnelle.

Nos activités de plaidoyer consistent à informer, alerter et mobiliser les Etats et les bailleurs de fonds sur les causes des conflits, les armes utilisées, leurs conséquences immédiates et à long-terme sur les communautés impactées. Ces dernières années, par exemple, nous avons témoigné de la présence exponentielle des mines artisanales, sur l’ampleur inédite de la contamination en Irak ou en Syrie, et le besoin de réinventer les techniques de déminage, en utilisant des drones, par exemple... [1]

HI engagée dans la « transformation de conflit »

La prolifération que nous observons des armes et des engins explosifs nous oblige à avoir une nouvelle approche, à nous attaquer aux causes profondes qui ont conduit à une guerre, et qui pourraient y conduire à nouveau. Nos projets de « transformation de conflit » visent ainsi à travailler sur les comportements et les relations entre communautés dans les contextes de conflits propices à la violence, à comprendre les structures sociales qui encouragent et conditionnent les conflits politiques et sociaux violents.

La transformation des conflits va traiter des traumas et des griefs entre communautés afin d'éviter d'alimenter davantage les conflits, par exemple, en traitant les traumatismes collectifs liés à des violences et en favorisant la médiation et la réconciliation, etc.

Pourquoi agissons-nous ?

80 % des crises humanitaires actuelles sont causées par des conflits. Et les conflits sont de plus en plus complexes : leurs causes peuvent être multiples (sécheresse, rivalités ethniques, etc.), leurs acteurs divers (armées régulières, groupes rebelles, coalitions internationales…). La frontière entre période de violences et temps de paix est de plus en plus floue.

Les destructions causées par les conflits et la contamination par les restes explosifs empêchent bien souvent la restauration de la cohésion sociale et des activités économiques locales : des champs contaminés ne sont plus cultivés, des marchés ne peuvent plus être organisés, les déplacements de villages à villages sont moins fréquents car plus dangereux…. Lutter contre les mines et les restes explosifs est primordial pour aider à reconstruire les communautés.

Une approche communautaire  

Nous travaillons en lien avec les communautés locales pour faire en sorte que nos actions soutiennent la cohésion des communautés et favorisent la reprise économique des régions touchées : c’est avec les communautés locales que nous allons choisir les terrains à déminer en priorité ; tel village, par exemple, va nous demander de déminer telle zone car il pourra de suite cultiver des champs et reprendre des échanges économiques…

La présence de HI dans le monde liée aux conflits

HI démine en Colombie, en Irak, au Laos, au Liban et au Tchad, bientôt au Sénégal... Elle mène des campagnes d’éducation aux risques dans une vingtaine de pays. De plus, HI a des programmes d’assistance aux victimes - dont l’activité centrale est la réadaptation fonctionnelle - dans plus d’une quarantaine de pays. 

 

[1] Déminage, éducation aux risques, assistance aux victimes sont des domaines d’actions correspondant aux obligations du Traité d’Ottawa, qui interdit les mines antipersonnel. HI n’intervient pas sur la destruction des stocks de mines, autre obligation du Traité, qui est de la responsabilité des Etats.

Publié le : 13 octobre 2021

Pour aller plus loin

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© F. Vergnes/HI
Mines et autres armes

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, le rapport de Handicap International, « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak », dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs, poussés par le besoin de gagner leur vie.

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes Réadaptation

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir
© K.Holt / HI
Insertion Mines et autres armes

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020).