Goto main content

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

Santé Urgence
Pakistan

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

Saima, son mari et ses trois enfants

Saima, son mari et ses trois enfants | © HI

Les mesures de confinement contre le COVID-19 touchent de plein fouet les plus vulnérables, dont les personnes handicapées, qui se retrouvent sans argent ni nourriture. Handicap International les aide à faire face.

Lutter pour manger

Travailleur journalier, le mari de Saima n’a plus de revenus depuis un mois. Très vite, cette famille de trois enfants s’est retrouvée à court de nourriture. Trouver à manger est devenu un parcours du combattant. Pour obtenir des provisions pour un mois, Saima et son mari doivent se rendre à un point de distribution à deux heures de la maison familiale. Ils dépendent totalement de l’aide humanitaire.

Des services de santé devenus inaccessibles

Quand, il y a quelques semaines, son fils est tombé très malade, Saima n’avait pas la possibilité de l’emmener à l’hôpital pour le faire soigner. Elle a dû se résoudre à garder son enfant chez elle pour qu’il guérisse de lui-même, sans aucun traitement médical.

« J’aurais dû me rendre en fauteuil roulant à l'hôpital, qui est assez éloigné et je risquais de contracter le virus alors que je me sers de mes mains pour faire avancer mon fauteuil. Je suis resté avec mon fils à la maison et j’ai fait attention à ce que la fièvre tombe », raconte Saima.

La vie avant le COVID

Avant que le Pakistan soit frappé par l’épidémie, Saima suivait une formation donnée par Handicap International pour apprendre à broder et à coudre et ainsi pouvoir compléter les revenus de son mari.

« Saima a eu la polio à l’âge d’un an et depuis, elle est paralysée des jambes. Comme la plupart des personnes handicapées au Pakistan, elle a été exclue du système scolaire et du marché de l’emploi. Cette formation avait pour but d’augmenter substantiellement les revenus de la famille », explique Sumaira Bibi, responsable du suivi des projets Handicap International au Pakistan.

Les revenus du couple leur permettaient ainsi d’envoyer leurs enfants à l’école près de chez eux. Aujourd’hui, Saima espère que la propagation de la maladie s’arrêtera au plus vite pour que les personnes les plus pauvres et particulièrement les personnes handicapées ne continuent pas à souffrir de cette situation. L'aide des équipes de Handicap International permettent à la famille de surmonter ce temps difficile.

 

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.