Goto main content

Augmentation de la violence contre les femmes handicapées depuis le COVID-19

Droits Insertion

La violence contre les femmes et les filles handicapées est un problème mondial : les femmes handicapées sont plus exposées à la violence que les femmes non handicapées et les hommes handicapés. En outre, la pandémie de COVID-19 a entraîné une augmentation de la violence domestique. On peut raisonnablement upposer que cette augmentation touche aussi les femmes handicapées. Handicap International souhaite attirer l'attention sur cette question à l'occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars.


 
Rwanda- Photo de groupe d'un groupe d'entraide pour femmes et filles handicapées et de parents d'enfants présentant un handicap

Rwanda- Photo de groupe d'un groupe d'entraide pour femmes et filles handicapées et de parents d'enfants présentant un handicap | © Sophie Pecourt / HI

Près d'une femme sur cinq dans le monde (19%) est porteuse d'un handicap (contre 12% pour les hommes). Malgré cela, leur situation préoccupante n'est pas suffisamment mise en évidence. Pourtant, les études existantes montrent clairement la vulnérabilité de ces femmes.

Une étude mondiale de FNUAP (Fonds des Nations unies pour la population) montre que les filles et les jeunes femmes handicapées ont jusqu'à dix fois plus de risques de subir des violences sexistes que les filles et les jeunes femmes non handicapées. Les femmes ayant une déficience intellectuelle sont particulièrement vulnérables à la violence sexuelle. 

Renforcer les droits des femmes handicapées

Depuis plus de 25 ans, Handicap International mène des projets au Kenya, en Éthiopie, au Rwanda, au Burundi, au Pakistan et au Bangladesh pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles avec ou sans handicap. Handicap International a également établi des partenariats durables avec des organisations dirigées par des femmes au Malawi, au Nigeria, au Cameroun, au Mali et en Ouganda.

Easter Achieng Okech, de l'organisation consultative féminine kenyane KEFEADO, travaille avec H.I. sur le projet "Making It Work" afin de donner plus de visibilité aux pratiques innovantes (formation des femmes, campagnes de sensibilisation, etc.) qui favorisent la promotion des droits des femmes.

« Nous étudions comment faire en sorte que les membres de la communauté puissent également intervenir lorsque les femmes ne peuvent pas échapper à la violence domestique et sont enfermées avec leur agresseur en raison des mesures COVID-19. »

Pendant la pandémie, Handicap International a adapté ses interventions, a défendu et soutenu ses partenaires afin de garantir que les services destinés aux femmes et aux filles handicapées et non handicapées victimes de violence soient maintenus. Dans plusieurs pays, dont le Mali et la Sierra Leone, notre organisation a distribué des kits de protection COVID19 (masques, stands de lavage des mains et désinfectants pour les mains) aux centres de santé et aux centres pour femmes.

L’organisation a également développé des outils de sensibilisation accessibles aux personnes handicapées sur les risques de violence contre les femmes et les filles et sur la manière d'accéder aux services disponibles pour les femmes (y compris les services de santé sexuelle et reproductive). Des formations de recyclage pour le personnel et les partenaires sur la violence domestique et l'intégration des personnes handicapées ont été organisées.

« Lorsqu'une crise frappe, les progrès réalisés avec tant de travail et d'énergie sont stoppés. Les mécanismes progressistes et inclusifs sont mis de côté et la nécessité de subvenir aux besoins d'un grand nombre de personnes fait reculer la diversité des êtres humains, rendant les moins forts invisibles. Alors celles qui cumulent les facteurs de vulnérabilité comme les femmes handicapées, doivent crier encore plus fort. » Sophie Pécourt, chef de projet Making it Work.

Des femmes handicapées isolées

Au niveau mondial, environ 20 % seulement des femmes handicapées ont un emploi, contre 53 % des hommes handicapés et 30 % des femmes non handicapées.  Cela rend les femmes handicapées plus vulnérables et plus isolées que le reste de la population. Dans les pays en développement, cette différence est encore plus marquée : entre 75 et 100 % des femmes handicapées sont au chômage, même si elles continuent à s'occuper de la plupart des tâches ménagères et de la garde des enfants.

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, Handicap International et sept partenaires du projet ‘Making It Work’ ont signé un accord qui soutient davantage l'intégration des femmes handicapées. Les interventions portent sur les besoins de base, la prévention et la réponse à la violence sexiste, ainsi que la prévention du Covid-19 lui-même. Elles soutiennent également la reprise économique des femmes handicapées.

 


 
Publié le : 12 janvier 2021

Pour aller plus loin

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir
© K.Holt / HI
Insertion Mines et autres armes

De plus en plus de personnes sont forcées de fuir

Plus de 80 millions de personnes dans le monde sont déplacées de force, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR – déc. 2020).

 
Appel à mettre fin à la violence sur les civils au Myanmar
HI
Droits Urgence

Appel à mettre fin à la violence sur les civils au Myanmar

Handicap International et quarante ONG internationales travaillant au Myanmar condamnent l'utilisation généralisée par l'armée du Myanmar de la force meurtrière contre les civils.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.