Goto main content

Bilan choquant de 689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en Ukraine

Mines et autres armes
Ukraine

Alors que la crise ukrainienne entre dans son sixième mois - le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions révèle qu'au moins 689 civils ont été tués ou blessés lors d'attaques aux armes à sous-munitions en Ukraine pendant le premier semestre 2022. Jusqu'à 40 % de ces armes n'explosant pas à l'impact, la forte contamination par les restes d'armes à sous-munitions constitue une grave menace pour la population locale.

La forte contamination par les restes d'armes à sous-munitions constitue une grave menace pour la population locale

La forte contamination par les restes d'armes à sous-munitions constitue une grave menace pour la population locale | T. Mayer / Handicap International

« Les forces russes ont mené de façon répétée des attaques en utilisant des armes à sous-munitions, armes interdites, tuant et blessant des centaines de civils en 2022 en Ukraine » , explique Anne Héry, Directrice du Plaidoyer et des Relations Institutionnelles de Handicap International. « Elles ont endommagé des établissements de santé, des usines et des maisons... »

« Les forces ukrainiennes auraient également utilisé ces armes dévastatrices. Les attaques ont eu lieu dans des zones peuplées. Les armes à sous-munitions sont des armes indiscriminées par nature. 99% des victimes sont des civils. Handicap International appelle les parties au conflit à cesser immédiatement toute utilisation d'armes à sous-munitions. Elle appelle également les États à faire pression sur les pays qui utilisent des armes à sous-munitions pour qu'ils cessent ces pratiques. Ils doivent condamner fermement et systématiquement toute nouvelle utilisation et demander des comptes aux responsables. »

Depuis l'entrée en vigueur de la Convention d'Oslo - qui interdit l'utilisation, la production, le transfert et le stockage d'armes à sous-munitions - le 1er août 2010, 35 États parties ont détruit 1,5 million de stocks d'armes à sous-munitions. Cela représente 99 % de toutes les armes à sous-munitions déclarées par les Etats parties. « La guerre a des règles et la Convention d'Oslo en est une. Tout doit être fait pour qu'elle soit respectée et que cette arme barbare soit à terme éradiquée des théâtres des conflits. Les Etats doivent défendre et appliquer la Convention d'Oslo et tous les autres textes relatifs au droit international humanitaire. »

 

Qu'est-ce qu'une bombe à sous-munitions ?

Les bombes à sous-munitions sont des armes contenant plusieurs centaines de mini-bombes appelées sous-munitions. Conçues pour être dispersées sur de vastes zones, elles tombent inévitablement dans des quartiers civils. Jusqu'à 40 % d'entre elles n'explosent pas à l'impact. Comme les mines antipersonnel, elles peuvent être déclenchées par le moindre contact, tuant et mutilant des personnes pendant et après les conflits. Comme elles ne font aucune distinction entre les civils, les biens civils et les cibles militaires, les bombes à sous-munitions violent les règles du droit humanitaire international.

Publié le : 25 août 2022

Pour aller plus loin

Je veux que mes petits-enfants grandissent sur la terre de mes aïeuls
© A. Faye / HI
Mines et autres armes

Je veux que mes petits-enfants grandissent sur la terre de mes aïeuls

En 1992, Mansata a dû fuir le village de Bissine, au Sénégal, à cause de la violence armée. Trente ans plus tard, elle est revenue y vivre en sécurité avec ses enfants et ses petits-enfants.

Deux années d'assistance humanitaire en Ukraine
© T. Nicholson / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Deux années d'assistance humanitaire en Ukraine

Handicap International offre des soins de réadaptation et un soutien psychologique, tout en jouant un rôle crucial dans la fourniture de matériel d'urgence grâce à son équipe qualifiée.

Ukraine: L’impact à long-terme de la guerre sur la santé des plus vulnérables
© T. Nicholson / HI
Santé Urgence

Ukraine: L’impact à long-terme de la guerre sur la santé des plus vulnérables

Deux ans après l’invasion de la Russie, Handicap International déplore une augmentation des besoins en termes de santé des personnes les plus à risques notamment dans l’Est de l’Ukraine où se situe la ligne de front.