Accès direct au contenu

De nouvelles sources de revenus pour les victimes de catastrophes naturelles au Sri Lanka

Urgence
Sri Lanka
Suite au passage du cyclone Roanu en mai 2016 et aux inondations qui ont frappé le Sri Lanka fin 2015, des milliers de Sri Lankais avaient perdus leur source de revenus. Handicap International les a aidés à retrouver des moyens de subsistance.
Un membre de l'équipe d'aide de Handicap International parle avec une Sri Lankaise en sari jaune, vue de dos.

Suite au passage du cyclone Roanu en mai 2016 et aux inondations qui ont frappé le Sri Lanka fin 2015, des milliers de Sri Lankais avaient perdus leur source de revenus. Handicap International les a aidés à retrouver des moyens de subsistance.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur les provinces du nord et de l’est du Sri Lanka en novembre 2015, suivies par le passage du cyclone Roanu, qui a frappé 22 des 25 districts en mai 2016, ont entrainé de nombreuses inondations et glissements de terrain. Perte de biens matériels, destruction de maisons, déplacement de population dans des abris temporaires.

Plus de 350 000 personnes ont été affectées par ces catastrophes. Parmi elles, des enfants, des femmes, des personnes âgées et handicapées ont été particulièrement vulnérables face aux maladies et au manque d’accès à l’alimentation.

6.500 personnes soutenues

Avec le soutien de ECHO [1], le service de la Protection civile et de l’Aide humanitaire de la Commission européenne, Handicap International est venue en aide à 2 000 ménages (environ 6 500 personnes), qui ont reçu un soutien financier leur permettant notamment d’acheter de la nourriture ou de relancer une activité génératrice de revenus. L’association a également orienté plus de mille ménages vers le gouvernement sri lankais, afin qu’ils puissent obtenir un appui pour un accès à un logement et à la protection sociale. 

Cette intervention d’urgence complète le travail de préparation aux risques de catastrophes naturelles mené par Handicap International, qui vise à permettre aux personnes les plus fragiles de se préparer et de se protéger face aux désastres, fréquents au Sri Lanka.   

Vous voulez aider Handicap International dans son travail de prévention et contribuer à épargner des vies en cas de catastrophe naturelle ? Cliquez ici et faites un don.

[1] En collaboration avec le ministère des Affaires étrangères du G-D de Luxembourg (MoFa), le Programme alimentaire mondial (PAM) et la ville de Gand.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».