Accès direct au contenu

« L’accès à l’alimentation et à l’eau potable est une priorité »

Urgence
Sri Lanka
Suite aux inondations et glissements de terrain provoqués par le cyclone Roanu, qui a frappé le Sri Lanka le 15 mai, Handicap International prépare une intervention afin de venir en aide aux plus vulnérables.
Des personnes regardent une route inondée.

Suite aux inondations et glissements de terrain provoqués par le cyclone Roanu, qui a frappé le Sri Lanka le 15 mai, Handicap International prépare une intervention afin de venir en aide aux plus vulnérables.

Vents violents, pluies diluviennes, inondations et glissements de terrain,le cyclone Roanu a entrainé les pires inondations connues depuis 25 ans au Sri Lanka. Ce cyclone, qui a frappé le Sri Lanka le 15 mai, a affecté 22 districts du pays (et en particulier les districts de Colombo et de Gampaha). Les vents violents ont submergé des villages entiers. Plus de 100 personnes décédées, de 300.000 personnes affectées et de 21 000 personnes déplacées dans des logements temporaires. En collaboration avec le gouvernement et d’autres organisations humanitaires, Handicap International a mené une évaluation afin d’identifier les besoins des populations affectées.

Suite à cette évaluation, Handicap International planifie une collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) afin de s’assurer que les personnes les plus vulnérables affectées par la catastrophe puissent avoir accès à l’alimentation. Cette intervention sera menée dans les quatre districts les plus touchés du pays (Colombo, Kegalle, Ratnapura et Gampaha).

Les agriculteurs ont tout perdu

« Dans les districts urbains, comme à Colombo, la capitale, les déchets s’amoncellent. Nous craignons une épidémie de dengue [1]. La priorité est d’assurer l’accès à l’alimentation, à l’eau potable et aux services d’hygiène aux populations affectées», explique Matteo Caprotti, Directeur de Handicap International au Sri Lanka.

Dans les zones rurales, de nombreuses maisons et productions agricoles ont été endommagées. Des milliers de personnes se sont réfugiées dans des logements temporaires. « L’ampleur exacte des dégâts n’est pas encore connue, mais il est essentiel que les populations puissent se nourrir et retrouver de nouveaux moyens de subsistance. Certains agriculteurs ont perdu tous leurs girofliers, champs de riz et plantations de thé " explique-t-il.

[1] Infection virale transmise par les moustiques.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».