Accès direct au contenu

De nouvelles voies pour la prévention des accidents au Cambodge

Mines et autres armes Prévention
Cambodge
Pour agir contre le fléau des mines, il importe de travailler sur tous les fronts: déminage, sensibilisation, soutien aux victimes… Mais pour agir efficacement, il faut aussi passer par l’analyse afin d’améliorer les résultats. Pour agir contre le fléau des mines, il importe de travailler sur tous les fronts: déminage, sensibilisation, soutien aux victimes… Mais pour agir efficacement, il faut aussi passer par l’analyse afin d’améliorer les résultats.
Le fléau des mines
Pour agir contre le fléau des mines, il importe de travailler sur tous les fronts: déminage, sensibilisation, soutien aux victimes… Mais pour agir efficacement, il faut aussi passer par l’analyse afin d’améliorer les résultats.
 
En substance, le message classique de prévention est le suivant: « Ne touchez pas aux mines, c’est dangereux ». Au Cambodge, les experts ont constaté que ce message ne répondait plus aux réalités du terrain et avait donc perdu son impact. L’analyse des données a permis d’identifier deux causes de ce problème et d’y remédier.

Ne sachant comment se débarrasser des mines, les villageois prenaient souvent le risque de les déplacer eux-mêmes. Handicap International a donc élaboré un système de relais entre villageois et instances de déminage. Chaque village étant doté d’un représentant de police, ces derniers ont été formés à la transmission de l’information. Lorsqu’un engin explosif est trouvé, le message passe désormais par l’entremise de la police, ce qui permet un nettoyage rapide des zones contaminées et le redémarrage des activités économiques.

Le deuxième élément qui affaiblit le message de prévention est d’ordre économique :les métaux contenus dans les mines constituent une source complémentaire de revenus. La pauvreté pousse donc les chefs de famille et les enfants à prendre le risque apparemment insensé de manipuler des bombes pour en récupérer le métal. Notre organisation a alors collaboré avec les officiers de la police locale pour informer les communautés rurales et les ferrailleurs sur une nouvelle loi qui interdit depuis peu le commerce et la manipulation de ces engins.

Mais ce n’est pas tout d’interdire, il fallait aussi offrir aux personnes concernées d’autres sources de revenus. C’est pourquoi nous avons établi des partenariats avec une série d’organisations de développement, permettant aux villageois de se lancer dans des activités telles que l’élevage de poissons ou la culture des champignons. Nous vivons donc une révolution importante des programmes de prévention des accidents de mines, qui se traduit par des résultats concrets et extrêmement positifs.


 

Pour aller plus loin

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.