Accès direct au contenu

Déminer l'équivalent de 8 terrains de foot au Congo

Mines et autres armes
République démocratique du Congo
Handicap International et son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines), commencent ce mois de juin à déminer un terrain de 50.000 mètres carrés, soit l’équivalent de 8 terrains de football, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani (RD Congo). 3.500 villageois pourront récupérer des terres arables et reprendre l’agriculture et l’élevage. 
Démineur dans son équipement de protection au lgo de Handicap International et portant un casqe dans un couloir à déminer

Handicap International et son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines), commencent ce mois de juin à déminer un terrain de 50.000 mètres carrés, soit l’équivalent de 8 terrains de football, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani (RD Congo). 3.500 villageois pourront récupérer des terres arables et reprendre l’agriculture et l’élevage. 

Pas moins de 29 personnes, dont 14 démineurs, répartis en trois équipes, sont en action depuis mi-juin près des villages de Bangboka et Batiabombe, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani (préfecture de la province de Tshopo) au Nord-Est du pays. Les trois équipes interviendront jusque fin 2016 dans un milieu difficile, une forêt dense et humide.

Cette intervention fait suite aux enquêtes que Handicap International et AFRILAM ont menées pendant plusieurs semaines auprès des habitants et des autorités locales pour localiser les risques de contamination par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre.

Des victimes des années après le conflit

Les mines antipersonnel ont été employées pour la première fois en 1960 en RDC, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance. Depuis 1996, elles ont été largement utilisées par les différents groupes armées qui se sont opposés dans le Nord et l’Est du pays, au gré des nombreux conflits qui se sont succédé.

Les mines et les restes explosifs de guerre sont une menace permanente pour les populations locales qui peuvent en être les victimes des années après un conflit. Elles posent un frein au développement économique du pays car des terrains, voire des pans entiers de territoire, ne sont plus utilisés pour cultiver, construire routes et habitations, etc.

Membre du Traité d’Ottawa, la République démocratique du Congo s’est donné jusqu’à 2021 pour être libre de mines. Handicap International a été un acteur majeur du déminage au Congo depuis de longues années, ses dernières opérations dans le domaine remontant à 2014. Avec AFRILAM, son partenaire depuis 2008, l’association est engagée dans de nouvelles opérations jusqu’en décembre 2017.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».

 

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.