Go to main content

Déminer l'équivalent de 8 terrains de foot au Congo

Mines et autres armes
République démocratique du Congo
Handicap International et son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines), commencent ce mois de juin à déminer un terrain de 50.000 mètres carrés, soit l’équivalent de 8 terrains de football, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani (RD Congo). 3.500 villageois pourront récupérer des terres arables et reprendre l’agriculture et l’élevage. 
Démineur dans son équipement de protection au lgo de Handicap International et portant un casqe dans un couloir à déminer

Handicap International et son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines), commencent ce mois de juin à déminer un terrain de 50.000 mètres carrés, soit l’équivalent de 8 terrains de football, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani (RD Congo). 3.500 villageois pourront récupérer des terres arables et reprendre l’agriculture et l’élevage. 

Pas moins de 29 personnes, dont 14 démineurs, répartis en trois équipes, sont en action depuis mi-juin près des villages de Bangboka et Batiabombe, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani (préfecture de la province de Tshopo) au Nord-Est du pays. Les trois équipes interviendront jusque fin 2016 dans un milieu difficile, une forêt dense et humide.

Cette intervention fait suite aux enquêtes que Handicap International et AFRILAM ont menées pendant plusieurs semaines auprès des habitants et des autorités locales pour localiser les risques de contamination par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre.

Des victimes des années après le conflit

Les mines antipersonnel ont été employées pour la première fois en 1960 en RDC, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance. Depuis 1996, elles ont été largement utilisées par les différents groupes armées qui se sont opposés dans le Nord et l’Est du pays, au gré des nombreux conflits qui se sont succédé.

Les mines et les restes explosifs de guerre sont une menace permanente pour les populations locales qui peuvent en être les victimes des années après un conflit. Elles posent un frein au développement économique du pays car des terrains, voire des pans entiers de territoire, ne sont plus utilisés pour cultiver, construire routes et habitations, etc.

Membre du Traité d’Ottawa, la République démocratique du Congo s’est donné jusqu’à 2021 pour être libre de mines. Handicap International a été un acteur majeur du déminage au Congo depuis de longues années, ses dernières opérations dans le domaine remontant à 2014. Avec AFRILAM, son partenaire depuis 2008, l’association est engagée dans de nouvelles opérations jusqu’en décembre 2017.

Pour aller plus loin

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines
X. Depreytere - H.I.
Mines et autres armes

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics ont pour la première fois localisé des mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad depuis février cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure et révolutionnaire pour les acteurs du déminage !

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï
© John Wessels/HI
Urgence

Food for peace : distribution de nourriture au Kasaï

Pendant deux ans, les équipes de Handicap International (H.I.) ont distribué une aide alimentaire à la population du Kasaï, en République démocratique du Congo. Entre le 1er août 2017 e le 31 août 2019, H.I a donné des rations comprenant deux sacs de farine de maïs (27 kg/sac), un sac de haricots, une boîte d'huile et un sac de sel à 92 549 personnes à Demba et Dimbelenge, deux régions de la province du Kasaï.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.