Accès direct au contenu

Des milliers de personnes attendent une aide

Urgence
Mozambique
Le cyclone IDAI a frappé les côtes du Mozambique dans la nuit de jeudi à vendredi. La ville de Beira, qui compte plus de 500 000 habitants a été directement touchée, les communications et l’électricité ont été coupés. Des vents de 180 à 190 km/h ont été enregistrés, accompagnés de pluies torrentielles. Handicap International renforce son équipe sur place. 
Des personnes regardent une route endommagée

Le cyclone IDAI a frappé les côtes du Mozambique dans la nuit de jeudi à vendredi. La ville de Beira, qui compte plus de 500 000 habitants a été directement touchée, les communications et l’électricité ont été coupés. Des vents de 180 à 190 km/h ont été enregistrés, accompagnés de pluies torrentielles. Handicap International renforce son équipe sur place. 

On estime que plus de 600.000 personnes sont affectées par la catastrophe, dont 17.000 déplacés. 12.000 maisons et écoles ont été détruites ainsi que 85.000 hectares de récoltes. Et avec les pluies intenses qui se poursuivent, la situation continue de se dégrader.

Beira inondée à 80%

Marco Tamburro, responsable de Handicap International au Mozambique, témoigne de l'ampleur de la catastrophe : " La ville de Beira, qui compte plus de 500.000 habitants a été directement touchée par les pluies torrentielles et les vents violents, Elle est inondée à 80% encore aujourd’hui. Nos équipes travaillent dans cette ville depuis plusieurs années, nous avions identifié des personnes très vulnérables dans le cadre de nos projets.

Mais la catastrophe a fragilisé des milliers d’autres personnes qui auront également besoin de recevoir notre soutien. On parle de la ville de Beira, mais il faut penser aussi à toutes les personnes qui habitent dans les villages, dans les zones rurales inondées également. Ces personnes sont encore isolées du monde. Elles sont sans aide depuis vendredi dernier."

Soutenez les victimes de la catastrophe

Des défis énormes à surmonter

Si le cyclone Idai a coûté de nombreuses vies humaines, il a également détruit les infrastructures. Les routes sont coupées, les moyens de communication aléatoires. Selon les Nations unies, l'aile d'urgence de l'hôpital central de Beira reste hors service en raison de dommages importants. Toutefois, d'autres parties de l'hôpital - y compris l'aile pédiatrique - ont subi moins de dommages et semblent fonctionner. Le centre de santé du district de Munhava, dans la ville de Beira, a également été endommagé et le toit s'est effondré. Cela veut dire que l’accès aux soins des blessés risque d’être très limité, alors qu’il est nécessaire de permettre une prise en charge rapide des blessures pour éviter des infections, voire des handicaps permanents.

"Imaginez la situation d'une personne handicapée ou d’une personne âgée qui vit seule dans sa maison, et qui a déjà du mal à se déplacer en temps ordinaire. Quand une telle catastrophe survient, cette personne âgée ou handicapée a besoin d’une aide spécifique, car elle ne peut souvent pas se rendre sur un point de distribution" ajoute Marco.

L'intervention de Handicap International

HI renforce dès à présent ses équipes présentes au Mozambique, avec l’envoi d’un premier renfort qui va devoir évaluer les difficultés d’accès, les contraintes liées aux routes coupées, aux inondations.

Dans un premier temps, nos spécialistes de l'urgence vont contribuer à identifier les personnes qui ont besoin d’une aide immédiate, pour assurer une cartographie des populations vulnérables. Cela permettrait ensuite d’assurer des opérations de déblaiement pour que l’aide humanitaire puisse parvenir à ces personnes isolées. L’enjeu est de permettre la mise en place d’opérations de déblaiements quand des débris, boues, empêchent la circulation.

Handicap International prévoit aussi de s’assurer que la réponse d’urgence soit inclusive, autrement dit, que les personnes handicapées, âgées et vulnérables puissent accéder à une aide essentielle et appropriée.  

Handicap International intervient au Mozambique depuis 1986. L'association adaptera son action suite au passage du cyclone Idai en fonction de l'évaluation des besoins.

Soutenez les victimes de la catastrophe

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre
© HI
Santé Urgence

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus
© HI
Santé Urgence

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus

Toute la ville de Fafan est confinée. Mohamed a peur pour sa famille : il craint que la pandémie ne s’étende dans la région. Handicap International est à ses côtés.