Goto main content

Des soins pour les blessés et distribution de l'aide humanitaire

Urgence
Haïti
Suite au séisme du 12 janvier, Handicap International a repris le transport d’aide humanitaire sur Port-au-Prince dès jeudi, sous l’égide du Programme alimentaire mondial et des Nations unies. L’association a démarré des actions d’assistance directe aux blessés le 16 janvier, en coordination avec les autres acteurs d’urgence médicale.
séisme Haïti

Suite au séisme du 12 janvier, Handicap International a repris le transport d’aide humanitaire sur Port-au-Prince dès jeudi, sous l’égide du Programme alimentaire mondial et des Nations unies. L’association a démarré des actions d’assistance directe aux blessés le 16 janvier, en coordination avec les autres acteurs d’urgence médicale.

C’est avec joie et soulagement que Handicap International a appris hier que les 31 membres haïtiens de son équipe de Port-au-Prince et les 23 autres de sa base de Jacmel (ville détruite à 50-60% d’après les Nations unies) étaient tous sains et saufs.

La plateforme logistique de 45 camions tout-terrain, dont Handicap International avait la gestion en tant que partenaire du Programme alimentaire mondial (PAM), a repris du service au surlendemain de la catastrophe. Jeudi, deux camions, chargés par le PAM de 1 200 litres d’eau et quatre tonnes de biscuits énergétiques, ont pu partir de Gonaïves vers Port-au-Prince. Vendredi, huit camions supplémentaires sont partis avec du carburant et du matériel pour le traitement de l’eau appartenant à Action contre la Faim. Les transports vers la capitale par une vingtaine de camions vont désormais s’effectuer de façon régulière, permettant l’acheminement des biens prioritaires (eau, nourriture, médicaments) sous escorte, et sous la coordination des Nations unies.

L’effectif expatrié de 5 personnes a été renforcé par l’arrivée d’une kinésithérapeute et de deux logisticiens, en attendant d’autres personnels de rééducation (une médecin de réadaptation physique, deux orthoprothésistes, une ergothérapeute et une kinésithérapeute), en provenance du Canada et des Etats-Unis. Les soins directs aux blessés ont débuté le 16 janvier. A partir du 19, grâce au recrutement d’une dizaine de personnels de santé haïtiens, ces soins seront étendus à 6 hôpitaux et 4 quartiers de Port-au-Prince et alentours parmi les plus pauvres (notamment Carrefour et Carrefour Feuille), où réside principalement la population.

Par ailleurs, depuis la Belgique, Handicap International va dépêcher lundi le 18 janvier sur le terrain deux kinésithérapeutes, qui travailleront pendant deux mois avec les équipes de Médecins Sans Frontières Belgique, afin d’assurer les soins de réadaptation postopératoire pour les personnes blessées (traumatismes multiples, fractures, amputations, lésions de la colonne vertébrale et neurologiques…).

Une tonne d’équipement, composée de fauteuils roulants, prothèses, corsets, déambulateurs, béquilles et cannes, est partie de l’aéroport d’Istres jeudi. Elle sera distribuée dans les hôpitaux demain. Un nouveau fret d’une tonne et demi quittera l’aéroport de Vatry, à côté de Reims, demain matin à la première heure.

 
Publié le : 13 octobre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.