Goto main content

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Mines et autres armes Urgence

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

Carte du Caucase Sud

Carte du Caucase Sud | Copyright Google Maps

Le 27 septembre, des combats ont éclaté entre les deux armées régulières de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan qui s’affrontent dans une guerre de territoire. La zone de combat s'est rapidement étendue : des bombardements massifs ont eu lieu dans des zones urbaines telles que Stepanakert, la plus grande ville du Haut-Karabakh (55 000 habitants) et Ganja, la deuxième ville azérie (350 000 habitants). Des bombes à sous-munitions, armes que HI a fait interdire en 2008 avec le Traité d’Oslo, ont été utilisées dans le bombardement de Stepanakert.

Des conséquences désastreuses pour les populations touchées

Selon des sources fiables, au moins 300 soldats et 50 civils ont été tués depuis le début du conflit. Environ 75 000 personnes seraient déplacées, ce qui représente la moitié de la population du Haut-Karabakh. 90% des déplacés seraient des femmes et des enfants. De nombreux enfants seraient encore au cœur des combats. Les gens se cachent dans des caves. Ils sont terrorisés.

« Ce que nous observons est malheureusement un scénario dévastateur prévisible dans de nombreux conflits : l'utilisation de bombardements lourds dans des zones peuplées tuent et blessent des civils, détruisent des infrastructures civiles et obligent les familles à abandonner tous leurs biens et à fuir vers des zones plus sûres » explique Emmanuel Sauvage, directeur des projets de réduction de la violence armée chez H.I.

« Si le conflit évolue en guerre totale, nous craignons des conséquences humanitaires à long terme dans la région : familles déplacées de façon permanente ; contamination de vastes zones par des restes explosifs de guerre ; blessures complexes et traumatismes psychologiques durables ; forte réduction des services essentiels - principalement les écoles et les centres de santé - car les établissements seront détruits ou deviendront inaccessibles… ».

Que fait Handicap International ?

Notre association lance une mission d’évaluation des besoins humanitaires des personnes victimes du conflit notamment dans les domaines du soutien psychologique, de la réadaptation physique et de l’accès aux biens de première nécessité.

Plus largement, Handicap International appelle encore une fois tous les États à élaborer un accord international fort comportant des engagements clairs et fermes contre l'utilisation de bombes lourdes dans les villes et autres zones peuplées de civils. Cet accord doit avoir des effets concrets en protégeant mieux les civils sur les théâtres des conflits

Publié le : 17 décembre 2021

Pour aller plus loin

Typhon Rai : HI lance les premiers secours
© K. Tolentino / HI
Urgence

Typhon Rai : HI lance les premiers secours

HI va lancer les premières opérations d’aide d’urgence aux Philippines, pour soutenir les populations vulnérables après le passage dévastateur du typhon Rai.

Super-typhon Rai : Handicap International prête à se mobiliser
© HI / Cyclocane
Urgence

Super-typhon Rai : Handicap International prête à se mobiliser

Le centre de l’archipel des Philippines est traversé ce jeudi par un typhon d’une intensité rare. Les équipes de Handicap International présentes dans le pays s’apprêtent à se rendre dans les zones affectées.

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© F. Vergnes/HI
Mines et autres armes

Irak : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, le rapport de Handicap International, « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak », dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs, poussés par le besoin de gagner leur vie.