Accès direct au contenu

Haïti : Un mois après le séisme

Urgence
Haïti

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

Un kinésithérapeute partenaire de HI donne des soins de réadaptation à un patient blessé lors du tremblement de terre. Haïti, 2021.

Un kinésithérapeute partenaire de HI donne des soins de réadaptation à un patient blessé lors du tremblement de terre. Haïti, 2021. | © R.CREWS/ HI

Les personnes blessées risquent des conséquences à long terme

« Jour après jour, au centre de réadaptation, les patients se multiplient », raconte Guetchly-Nise, kinésithérapeute recrutée par HI et son partenaire FONTEN aux Cayes.

Le violent effondrement des bâtiments et des infrastructures a blessé plus de 12 000 personnes. Beaucoup auront besoin de services de rééducation continus pour éviter des conséquences à long terme ou des handicaps à vie. De nombreuses personnes blessées lors du séisme n'ont pas pu accéder aux soins en temps voulu car les routes étaient bloquées et les hôpitaux submergés face à un afflux de patients en plus de la pandémie mondiale. Cela a entraîné des infections et une aggravation des blessures déjà sérieuses.

Plus de 1600 personnes handicapées ont déjà été identifiées dans les régions touchées, dont la majorité sont des femmes (OCHA, 2021)[1]. La catastrophe expose les personnes souffrant de handicaps existants à un risque accru, car il est devenu plus difficile de se déplacer ou d'obtenir les soins nécessaires.

Beaucoup restent sans abri et sont confrontés à une insécurité alimentaire aiguë

Des dizaines de milliers de personnes sont sans abri après que plus de 83 000 maisons ont été endommagées et 54 000 complètement détruites. Les écoles et les hôpitaux ont également été fermés en raison des dégâts et des destructions, tandis que l'augmentation du prix des produits de base et la récente pénurie de carburant ajoutent à la fragilité de la situation. Nombreux sont ceux qui n'ont pas les moyens de se procurer des produits de première nécessité tels que des médicaments, des couches ou de la nourriture, car ils ne peuvent pas poursuivre leurs activités ou gagner un salaire.

OCHA a récemment estimé qu'environ 980 000 personnes dans le Grand-Sud connaîtraient des niveaux aigus d'insécurité alimentaire d'ici février 2022, dont 320 000 personnes ayant un besoin urgent de nutrition.

Les équipes d'urgence de HI interviennent sur place

Depuis le tremblement de terre, l'équipe d'intervention d'urgence de HI est en Haïti et répond activement à la catastrophe :

  • L’équipe HI a effectué des évaluations dans les Cayes, Jérémie et Nippes pour identifier principalement les besoins sanitaires et logistiques.
  • Avec son partenaire FONTEN, HI a recruté et formé 7 kinésithérapeutes dans les Cayes pour renforcer les soins de réhabilitation dans deux hôpitaux et un centre de réhabilitation.
  • Les services de réadaptation ont bénéficié à 515 personnes, dont 240 femmes, 156 hommes, 57 filles, 60 garçons et 66 personnes handicapées. 
  • HI a fourni à près de 100 personnes des aides à la mobilité telles que des fauteuils roulants, des déambulateurs et des béquilles.
  • HI a organisé et coordonné l'envoi de biens humanitaires tels que des kits d'hygiène et du matériel de réadaptation vers les régions touchées via son projet de transport maritime.

Dans les prochaines étapes de sa réponse humanitaire, HI prévoit de fournir 1500 kits d'hygiène et de déblayer les décombres et les débris qui bloquent l'accès aux personnes dans le besoin. La distribution sera inclusive, accessible et ciblera spécifiquement les personnes handicapées ou physiquement vulnérables. HI continuera à coordonner les expéditions de biens humanitaires via le projet maritime, à fournir des services de réhabilitation aux personnes blessées par le tremblement de terre et à évaluer l'évolution des besoins.

Pour aller plus loin

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.

« Mon pays me manque beaucoup »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Mon pays me manque beaucoup »

« Je voudrais qu’aucun autre enfant ne soit blessé dans cette guerre », souligne Molham. Il avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International procure des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.