Goto main content

Haiyan six mois après : résumé de nos actions d'urgence

Santé Urgence
Philippines
Le Typhon Haiyan, qui a frappé les Philippines le 8 novembre 2013, est le plus violent jamais enregistré. Handicap International, a mobilisé un important dispositif d’urgence dès les premiers jours qui ont suivi le passage du typhon.
Un kiné examine le moignon d'un patientmputatie.

Le Typhon Haiyan, qui a frappé les Philippines le 8 novembre 2013, est le plus violent jamais enregistré. Handicap International, a mobilisé un important dispositif d’urgence dès les premiers jours qui ont suivi le passage du typhon.

Le 8 novembre dernier, le typhon Haiyan a ravagé les Philippines. Les dégâts ont été conséquents : près de 15 millions de personnes ont été touchées et des milliers de personnes y ont perdu la vie.
Handicap International a déployé une équipe d’urgentistes sur place quelques jours après le passage du typhon afin de fournir de l’aide aux populations. Dans les premiers mois, plus de 1640 tonnes de denrées alimentaires ainsi que plus de 1390 tentes (pour six personnes) ont été mises à disposition des populations.
Maintenant, six mois après, la phase d’urgence est terminée et nous travaillons à la reconstruction du pays. Cependant, il reste des projets encore importants:

Nos projets

Handicap International a travaillé dans différents domaines pour répondre au mieux aux besoins des victimes du typhon  Haiyan. Ainsi, l’organisation vient en aide aux personnes qui ont perdu leurs ressources économiques à cause du typhon.

Appui aux structures médicales, soutien psychosocial (projets terminés) et soins de réadaptation à Tacloban

  • Handicap International a déployé deux kinésithérapeutes, un ergothérapeute et une infirmière qui ont apporté leur appui à 3 hôpitaux.

    Parallèlement les équipes de Handicap International ont identifié les services disponibles localement, notamment pour l’appareillage des personnes amputées, afin de garantir la continuité de la prise en charge des blessés.
    Notre association avait aussi mis en place un projet de soutien psychologique pour les victimes.

Un abri pour les plus vulnérables ( Panay et Tacloban)

  • Aide à la reconstruction pour les personnes les plus vulnérables, via une aide financière et un support technique adapté.
    D'ici au mois d'octobre, 50 travailleurs (essentiellement des charpentiers) aideront à la reconstruction de 900 abris.

    Les familles soutenues reçoivent également un soutien financier leur permettant de répondre à leurs besoins essentiels pendant la période de reconstruction pour faciliter leur réinstallation.

Cash for work (Tacloban – project terminé)

  • Versement de petits salaires à 900 personnes particulièrement vulnérables (notamment des personnes handicapées) pour des travaux de nettoyage des débris (écoles, bâtiments publics, ...) qu’elles effectuent et pour leur participation à la reconstruction. 
  • Ces personnes sont souvent exclues. Avec ce travail, elle jouent un rôle actif dans leur communauté. 

Identification et prise en charge des personnes les plus vulnérables

  • Des agents communautaires de l’association identifient les personnes particulièrement vulnérables encore réfugiées au sein des centres d’évacuation de Tacloban et sillonnent la ville et ses alentours pour s’assurer, porte à porte, que toutes les personnes ayant besoin de soins sont bien prises en compte.
  • Les agents communautaires distribuent aussi des aides de marche et des biens de première nécessité.

Des moyens de subsistance  (Tacloban)

  • Des équipes de Handicap International identifient des personnes qui sont en mesure de reprendre leur activité économique. Quelqu'un qui gagnait sa vie grâce à l'élevage de porcs par exemple, reçoit les moyens d'en racheter. Ces personnes peuvent ainsi retrouver leur autonomie financière. Cette activité est destinée à aider 800 personnes en 2014.
Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

Haïti : Un mois après le séisme
© R.CREWS/ HI
Urgence

Haïti : Un mois après le séisme

Un mois après un tremblement de terre a dévasté le sud-ouest d'Haïti, les besoins humanitaires restent immenses. La catastrophe a fait plus de 2 000 morts et mis 650 000 personnes dans le besoin.

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.