Accès direct au contenu

Handicap International lance des activités d'urgence en Ouganda

Ouganda Soudan du Sud
Depuis le début de la guerre civil au Soudan du Sud en 2013, l’Ouganda a été un refuge sûr pour les personnes  fuyant la guerre. Le 17 août dernier, le gouvernement ougandais et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ont annoncé que le seuil des 1 million de réfugiés Sud-Soudanais en Ouganda a été atteint. Handicap International (HI) lance en septembre prochain des activités pour aider les nouveaux arrivants.
excercises de réadaptation à Kakuma

Depuis le début de la guerre civil au Soudan du Sud en 2013, l’Ouganda a été un refuge sûr pour les personnes  fuyant la guerre. Le 17 août dernier, le gouvernement ougandais et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ont annoncé que le seuil des 1 million de réfugiés Sud-Soudanais en Ouganda a été atteint. Handicap International (HI) lance en septembre prochain des activités pour aider les nouveaux arrivants.

Les violences indiscriminées et la grave crise alimentaire dans le Soudan du Sud ont laissé des communautés entières sans aucune autre alternative que celle de fuir. À la fin de l'année, plus de 2,1 millions de victimes de la crise auront cherché refuge dans les pays voisins, principalement le Soudan, l'Éthiopie et l'Ouganda.

L'Ouganda est devenu le pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés, avec un pic vertigineux des arrivées: 750.000 Sud-Soudanais ont cherché refuge en Ouganda au cours des 12 derniers mois seulement.

Avec des centaines de nouvelles arrivées chaque jour, les besoins humanitaires sont immenses. Cette crise manque toujours largement de financement.

HI lance des activités pour aider les nouveaux réfugiés en septembre prochain. Dany Egreteau, responsable des interventions d'urgence à HI, explique pourquoi cette intervention, axée sur les réfugiés les plus vulnérables, est essentielle : « Les réfugiés vulnérables, dont les personnes âgées, les mères de famille seules, les personnes handicapées, les enfants isolés, etc., ont des besoins spécifiques afin de rester en sécurité et en bonne santé. Ils font face à des risques beaucoup plus élevés d'abus, de discrimination ou de refus d'accès aux services essentiels ».

Les activités de HI comprendront le renforcement de la sécurité alimentaire, le soutien psychologique aux réfugiés traumatisés, la formation du personnel des ONG pour mieux inclure les personnes handicapées et d'autres groupes vulnérables, le référencement des personnes nécessitant une aide humanitaire en les orientant vers les services appropriés...

Notre nouveau projet en Ouganda sera financé avec 50% des fonds obtenus par l’action ‘Famine 12-12’ du Consortium 12-12

Pour aller plus loin

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges
© HI
Santé

Le Covid-19 à travers le regard d’expatriés belges

Comment se portent les autres pays pendant la crise de Coronavirus ? Nous avons posé la question à trois de nos employés belges à l'étranger : Virna Marchesin, responsable de nos actions à Cuba, Martin Jacobs, expert en réhabilitation technique au Vietnam, et Youri Francx, coordinateur de nos opérations en Ouganda.*

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?
X. Olleros - HI
Réadaptation

Dossier : réadaptation physique, luxe ou nécessité ?

A première vue, la réadaptation ne semble pas une cause attirante. Elle ne remplit pas d’estomacs affamés, elle ne vaccine aucune population et n'arrête pas les bombes. D’où la question : à quel point des soins de réadaptation physique de qualité et abordables sont-ils nécessaires ?