Accès direct au contenu

Handicap International protège les usagers faibles de la route au Vietnam

Prévention
Vietnam
Bruxelles, 7 mai 2009. Chaque année, 1,2 million de personnes meurent des suites d’un accident de la circulation dans le monde. C’est le thème de la première conférence internationale organisée par différentes ONG aujourd’hui à Bruxelles, qui s’articule autour de la sécurité routière. Cent organisations expertes ont préparé ensemble une conférence mondiale des NU qui aura lieu cette année à Moscou. Depuis l'an 2000, Handicap International s’intéresse de près à la sécurité routière en Asie et agit à différents niveaux.
Sécurité routière en Asie

Chaque année, 1,2 million de personnes meurent des suites d’un accident de la circulation dans le monde. C’est le thème de la première conférence internationale organisée par différentes ONG aujourd’hui à Bruxelles, qui s’articule autour de la sécurité routière. Cent organisations expertes ont préparé ensemble une conférence mondiale des NU qui aura lieu cette année à Moscou. Depuis l'an 2000, Handicap International s’intéresse de près à la sécurité routière en Asie et agit à différents niveaux.

Les hôpitaux y accueillent depuis les années 90 d’innombrables victimes d’accidents de la circulation. Handicap International travaille non seulement sur les conséquences, mais aussi sur les causes des accidents. A Ho Chi Minh au Vietnam, par exemple, des millions de motards et motocyclistes portent désormais un casque depuis décembre.

Chaque année, 1,2 million de personnes meurent des suites d’un accident de la circulation dans le monde et cinquante millions de personnes sont blessées dans des accidents. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a invité cinquante organisations expertes du monde entier à travailler sur ce thème à Bruxelles. Cette réunion sera le prélude à une grande conférence dont le but est d’établir un plan d’action mondial pour la sécurité routière. Cette conférence interministérielle des NU est prévue pour novembre à Moscou et s'intéressera plus particulièrement aux pays les plus pauvres.
 
Handicap International travaille depuis l’an 2000 sur les usagers faibles de la route en Asie, un continent qui compte, à lui seul, un tiers des véhicules à moteur dans le monde. Les accidents de la route y posent de sérieux problèmes, car l’urbanisation est très rapide et les habitants se déplacent beaucoup en mobylette et encore plus à vélo. Malheureusement, cette évolution ne s’accompagne pas d’une bonne planification urbaine et la législation en matière de circulation y est dépassée. Au fil des ans, Handicap International a constaté qu’au Cambodge, au Laos et au Vietnam, la circulation faisait plus de victimes que les mines antipersonnel, le terrain d’action traditionnel de l’organisation.
 
Handicap International a par exemple développé au Vietnam une base de données pour les accidents de la circulation, car aucune statistique relative au nombre de victimes de la route (personnes décédées ou blessées) n’était disponible. L’organisation a également mis sur pied un curriculum pour l’éducation à la sécurité routière à l’école primaire, ce qui n’existait pas au Vietnam. Autre exemple du travail de lobbying effectué dans ce pays : tous les motards portent à présent un casque dans la mégalopole vietnamienne de Ho Chi Minh Ville. Les motos et mobylettes sont les moyens de transport par excellence au Vietnam. Seule l’association de campagnes de sensibilisation locale et d’une bonne collaboration avec les différentes autorités permettra de d’assurer le respect de la nouvelle loi par tous. “Il est essentiel que les citoyens et les associations s’impliquent localement dans la sécurité routière” explique Vincent Slypen, directeur des opérations chez Handicap International. “On ne change pas les mentalités seulement en amendant rapidement la réglementation applicable à la circulation routière”.

Publié le : 12 janvier 2021

Pour aller plus loin

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19
© HI
Prévention Santé

Madagascar : protéger les plus vulnérables de la COVID-19

A Madagascar, Handicap International a adapté de nombreux projets pour venir en aide aux personnes handicapées et leur éviter d’être touchés par la pandémie.

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence
© Thomas Freteur/HI
Insertion Prévention Réadaptation Santé

R.D. Congo : le soutien belge fait la différence

La ville de Kinshasa compte aujourd’hui approximativement 12 millions d’habitants, dont près de 300.000 enfants vivant avec un handicap modéré à sévère. Handicap International améliore la qualité de vie des personnes handicapées grâce à différents projets qui doivent beaucoup au soutien belge.

Handicap International lutte contre l'impact de la COVID-19 sur les personnes handicapées
© HI
Insertion Prévention Santé

Handicap International lutte contre l'impact de la COVID-19 sur les personnes handicapées

Alors que nous vivons la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus, les équipes de Handicap International restent attentives à l'impact de la pandémie sur les personnes handicapées. Souvent exclues du reste de la société, les effets à long terme de la COVID-19 menacent d'exacerber encore cette exclusion et leur santé.