Accès direct au contenu

Hayian - An 1 : Child Friendly Space : un lieu sûr pour tous les enfants

Urgence
Philippines
Les enfants ont été particulièrement affectés par les conséquences du typhon Haiyan. Afin de renforcer leur protection, plus de 200 Child Friendly Space ont été mis en place dans la région de Leyte et de Panay. Handicap International intervient dans ces centres d'accueil.
un petit garçon assis à une table, joue avec des formes en bois

Les enfants ont été particulièrement affectés par les conséquences du typhon Haiyan. Afin de renforcer leur protection, plus de 200 Child Friendly Space ont été mis en place dans la région de Leyte et de Panay. Handicap International intervient dans ces centres d'accueil.

Absentéisme scolaire, travail d’enfants, violences domestiques, abus sexuels : dans les mois qui ont suivi le passage du typhon, les risques de violence morale et physique envers les 4 millions enfants touchés n’ont fait que se renforcer. Dans les provinces de Panay et de Leyte, dès le début de l’urgence, 200 centres d’accueil ‘Child Friendly Space’ ont été ouverts, avec le soutien de l’Unicef et la collaboration de 4 organisations[1]. De juillet à décembre 2014, Handicap International vise à favoriser l’intégration des enfants les plus vulnérables et handicapés, dans une cinquantaine de ces Child Friendly Space.

Une pause

 « Les animateurs ne savent pas toujours comment approcher les enfants handicapés, comment les stimuler, ni comment les mêler aux autres enfants. Handicap International leur propose donc des formations, comprenant des techniques d’accompagnements spécifiques et des conseils relatifs à l’accessibilité des Child Friendly Space. L’organisation vise également à renforcer les compétences des organisations humanitaires locales, des unités gouvernementales et des acteurs liés à la protection de l’enfant, afin qu’ils développent une approche plus inclusive dans la mise en place de leurs projets, et dans leurs processus éducatifs », explique Ann Mayuga, chargée de projet inclusion pour Handicap International à Tacloban.

A Alang Alang, village dans la province de Leyte, Myra, 30 ans, témoigne : « Mes deux derniers, Winston, 4 ans, et Nino Ian, 3 ans, ont tous les deux un handicap, depuis leur naissance. Ils ne peuvent pas marcher. Ils accaparent tout mon temps. Depuis juillet, ils viennent tous les jours dans ce centre d’accueil. Ils jouent, rencontrent d’autres enfants, s’éveillent. C’est un soulagement ».





 

 

 

[1] Childfund, Save the Children, Plan International, Handicap International

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre
© HI
Santé Urgence

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

Gaza : le COVID-19 accroît l’isolement et le désespoir des personnes handicapées
© HI
Réadaptation Urgence

Gaza : le COVID-19 accroît l’isolement et le désespoir des personnes handicapées

Ihab vit avec sa femme, sa fille de quatre ans et son fils d’un an dans une petite maison à Gaza. Il a été blessé en 2019 lorsqu’une manifestation a dégénéré alors qu’il vendait des graines et des boissons fraiches dans la rue. Il a complètement perdu l’usage de ses deux jambes. Les mesures de confinement actuelles compliquent son rétablissement. Il nous raconte son histoire :

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.