Accès direct au contenu

Hayian - An 1 : Child Friendly Space : un lieu sûr pour tous les enfants

Urgence
Philippines
Les enfants ont été particulièrement affectés par les conséquences du typhon Haiyan. Afin de renforcer leur protection, plus de 200 Child Friendly Space ont été mis en place dans la région de Leyte et de Panay. Handicap International intervient dans ces centres d'accueil.
un petit garçon assis à une table, joue avec des formes en bois

Les enfants ont été particulièrement affectés par les conséquences du typhon Haiyan. Afin de renforcer leur protection, plus de 200 Child Friendly Space ont été mis en place dans la région de Leyte et de Panay. Handicap International intervient dans ces centres d'accueil.

Absentéisme scolaire, travail d’enfants, violences domestiques, abus sexuels : dans les mois qui ont suivi le passage du typhon, les risques de violence morale et physique envers les 4 millions enfants touchés n’ont fait que se renforcer. Dans les provinces de Panay et de Leyte, dès le début de l’urgence, 200 centres d’accueil ‘Child Friendly Space’ ont été ouverts, avec le soutien de l’Unicef et la collaboration de 4 organisations[1]. De juillet à décembre 2014, Handicap International vise à favoriser l’intégration des enfants les plus vulnérables et handicapés, dans une cinquantaine de ces Child Friendly Space.

Une pause

 « Les animateurs ne savent pas toujours comment approcher les enfants handicapés, comment les stimuler, ni comment les mêler aux autres enfants. Handicap International leur propose donc des formations, comprenant des techniques d’accompagnements spécifiques et des conseils relatifs à l’accessibilité des Child Friendly Space. L’organisation vise également à renforcer les compétences des organisations humanitaires locales, des unités gouvernementales et des acteurs liés à la protection de l’enfant, afin qu’ils développent une approche plus inclusive dans la mise en place de leurs projets, et dans leurs processus éducatifs », explique Ann Mayuga, chargée de projet inclusion pour Handicap International à Tacloban.

A Alang Alang, village dans la province de Leyte, Myra, 30 ans, témoigne : « Mes deux derniers, Winston, 4 ans, et Nino Ian, 3 ans, ont tous les deux un handicap, depuis leur naissance. Ils ne peuvent pas marcher. Ils accaparent tout mon temps. Depuis juillet, ils viennent tous les jours dans ce centre d’accueil. Ils jouent, rencontrent d’autres enfants, s’éveillent. C’est un soulagement ».





 

 

 

[1] Childfund, Save the Children, Plan International, Handicap International

 

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / Handicap International
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (H.I.) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour H.I., témoigne.

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : Handicap International adapte ses actions pour protéger les plus fragiles

Sur le terrain, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour limiter l'expansion du Covid-19. Les modalités d’interventions sont revues. De nouveaux projets sont créés pour protéger les plus vulnérables du virus - les personnes handicapées, les enfants, les femmes et les personnes isolées ou âgées - et d’agir sur les effets de cette crise.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.