Goto main content

Ismail, victime d’une mine anti-personnel, se tient à nouveau debout

Insertion Mines et autres armes Réadaptation
Liban

Ismail a perdu ses deux jambes lors de l’explosion d’une mine quand il avait 14 ans. Handicap International lui apprend à marcher avec ses nouvelles prothèses.

Ismail est heureux d’avoir reçu ses nouvelles prothèses

Ismail est heureux d’avoir reçu ses nouvelles prothèses | © HI

Après une explosion de mine en 2014, Ismaël a dû être amputé des deux jambes au-dessus du genou. Sa vie a basculé et il s’est senti exclu. Des prothèses adaptées sont cruciales pour l’autonomie et les activités du quotidien.


La dernière paire de prothèses qu’Ismail utilisait n’était plus adaptée. Aujourd'hui, il a 17 ans. On grandit beaucoup pendant l'adolescence. Ses anciennes prothèses étaient devenues trop petites et ne correspondaient plus à sa taille. Il fallait les changer…


« Des prothèses trop petites peuvent entrainer une gêne et des complications importantes, empêchant Ismail de se déplacer de manière autonome », explique la kinésithérapeute de HI »,

Rana Al Adbel.


Les équipes de réadaptation de Handicap International ont évalué son l’état physique et fourni de nouvelles prothèses, adaptées à sa taille, pour qu’il puisse continuer à marcher et vivre normalement.


Vivre dignement

La famille d’Ismail se compose de deux parents et six enfants âgés de cinq à vingt-sept ans. Ils vivent dans une zone rurale très isolée et inaccessible.

Ils sont directement touchés par la pandémie COVID-19 car ils n’ont plus les moyens d’acheter les produits de première nécessité, notamment la nourriture, dont ils ont besoin.

Ismail ne souhaite pas retourner vivre en Syrie car la situation est toujours instable et dangereuse dans sa région d’origine.

Il aimerait suivre une formation et trouver un emploi stable.


« Je veux gagner de l’argent pour permettre à ma famille de vivre dignement »,

affirme-t-il.

 

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.

« Mon pays me manque beaucoup »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Mon pays me manque beaucoup »

« Je voudrais qu’aucun autre enfant ne soit blessé dans cette guerre », souligne Molham. Il avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International procure des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.