Accès direct au contenu

COVID-19 : à pied d’œuvre à Madagascar

Santé Urgence
Madagascar

A Madagascar, Handicap International adapte deux de ses projets pour faire barrage au COVID-19. Des équipes locales de secours sont formées pour protéger les populations dans les zones d’intervention. L’objectif est d’être aux côtés des personnes handicapées et des personnes vulnérables.

Formation des équipes locales de secours de HI pour la campagne de sensibilisation sur la prévention du COVID-19 auprès de leurs populations cibles.

Formation des équipes locales de secours de HI pour la campagne de sensibilisation sur la prévention du COVID-19 auprès de leurs populations cibles. | © Handicap International

Face à l’urgence sanitaire et la confirmation de cas de personnes atteintes de COVID-19 à Madagascar, Handicap International (H.I.) se mobilise. Dans le cadre de deux projets, menés avec l’ONG CARE et financés par l’Union européenne, des équipes locales de secours sont formées pour diffuser les messages de prévention essentiels sur la maladie et limiter sa propagation. Ces équipes regroupent des volontaires, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, dont des personnes handicapées.

Les équipes de secours s’adaptent

Les équipes locales de secours de ces deux projets interviennent habituellement sur la prévention et la gestion des risques liés aux catastrophes naturelles ou à la météo, aidant les populations à développer des réponses en cas de cyclone ou d’inondation, par exemple. L’un des projets concerne plus de 300  000 personnes, dont 300 familles très vulnérables, 60 écoles et 43 comités de gestion des risques de catastrophes, tandis que le second cible 412 000 personnes, notamment âgées et handicapées, ainsi que 23 organisations locales. Ce sont toutes ces personnes qui seront sensibilisées par les équipes locales de secours et apprendront à se protéger et à protéger leur entourage du COVID-19.

Des informations capitales à transmettre

Informations capitales concernant le virus, ses modes de transmission, les symptômes, les cas suspects et les personnes à risque, mais aussi distance de sécurité, lavage des mains, mesures de prévention au quotidien, conseils pratiques…, la sensibilisation à l’hygiène et aux mesures de protection constitue une urgence absolue face au COVID-19. Les membres des équipes sont formés par H.I. pour pouvoir se protéger et sensibiliser les personnes qu’ils aident. Les outils utilisés (affiches, tracts,…) respectent les standards internationaux. Des affiches seront également apposées dans chaque secteur des communautés villageoises (fokontany) où nous intervenons et dans les écoles appuyées par le projet. Des conseils précis et adaptés seront transmis aux personnes ayant des difficultés à communiquer, comme les personnes sourdes, malentendantes, ou malvoyantes.

Les formations ont démarré

Les séances de formation ont déjà commencé dans plusieurs régions (Boeny, Betsiboka et Diana, au fokontany d’Ambalavola, à la commune urbaine de Diego). Bien entendu, les règles de sécurité devaient s'appliquer aux participants : respecter l’espacement d’un mètre minimum entre chaque personne, s'abstenir de tout contact corporel...

Bien qu’habitués à parler plutôt des risques des catastrophes naturelles liées à la météo (cyclones, inondations…), les douze membres composant cette équipe locale de secours ont compris la pertinence de cette initiative dans le contexte de l’épidémie. Chacun suit de près l’actualité et prend son rôle très à cœur.

Paul qui est à la fois membre de l’équipe locale de secours et adjoint au chef du fokontany d’Ambalavola, a déjà commencé la sensibilisation :

« Lors d’un rassemblement ce matin, nous avons demandé aux bénéficiaires de respecter l’espacement d’un mètre entre eux. Cette formation est vraiment importante car certaines informations ne sont pas connues ici, explique-t-il. La formation nous permet de faire la part des choses par rapport aux multiples rumeurs et fausses informations qui circulent, et de transmettre des messages fondés, précis et complets sur la prévention de la maladie. Nous avons également appris de nouvelles choses comme les techniques de lavage des mains. A notre tour maintenant de faire notre part du travail. »

Published on: 10 avril 2020

Pour aller plus loin

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser
Copyright Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Guerre dans le Haut-Karabakh : les bombardements sur les zones peuplées doivent cesser

Alors que les violences se poursuivent dans le Haut-Karabakh, les deux parties au conflit utilisent des armes explosives lourdes dans les zones peuplées, mettant la vie des civils en grave danger.

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI apporte une aide de « premiers secours » à 500 personnes

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.