Goto main content

Bien plus qu'aider Shahid à remarcher

Mines et autres armes Réadaptation Santé
Liban

Shahid a été gravement blessée lors du conflit en Syrie en 2011 et ne peut plus marcher depuis. Handicap International l'accompagne pour qu’elle retrouve sa mobilité.

 

Shahid apprend à se déplacer avec son déanbulateur pour être indépendante et sûre d’elle

Shahid apprend à se déplacer avec son déanbulateur pour être indépendante et sûre d’elle | © Photo HI

En 2011, alors que Shahid n'avait que deux ans, elle a été touchée par des éclats d'obus au milieu du dos. Elle a subi de nombreuses interventions chirurgicales pour soigner sa blessure à la moelle épinière à l'hôpital de la Bekaa, au Liban.

À cette époque, les médecins pensaient qu'elle ne pourrait plus jamais marcher. Elle rampait pour se déplacer et dépendait de sa tante pour la plupart de ses activités quotidiennes.

Au-delà des conséquences sur sa santé, Shahid n'est jamais allée à l'école à cause de son handicap, alors qu'elle a 11 ans.

Une aide globale

En juillet dernier, les spécialistes de Handicap International au Liban ont établi un diagnostic complet pour bien comprendre l'état actuel de la petite fille et ses besoins, puis ont élaboré un plan de traitement à long terme.

Ce plan comprend la fourniture et l'installation de deux orthèses pour soutenir ses jambes, d'un déambulateur pour parcourir les courtes distances et d'un fauteuil roulant pour les longues distances, ainsi que des séances régulières de kinésithérapie.

Un mois après le début du traitement et après seulement huit séances de réadaptation, Shahid a commencé à retrouver sa mobilité et à marcher de manière autonome avec le soutien de ses appareils.

Accès à l'éducation

Handicap International a également trouvé un programme d'apprentissage approprié pour Shahid qu’elle a commencé cet été pour rattraper son retard scolaire. L'association l'aidera à s'inscrire dans une école publique et à réaliser ses rêves :

"Je suis très contente de pouvoir marcher et de retourner à l'école et apprendre ",

a déclaré la petite fille.

J'ai toujours voulu étudier et devenir médecin".

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.

« Mon pays me manque beaucoup »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Mon pays me manque beaucoup »

« Je voudrais qu’aucun autre enfant ne soit blessé dans cette guerre », souligne Molham. Il avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International procure des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.