Goto main content

Libye : aider les personnes handicapées à faire face aux défis de la guerre

Réadaptation Santé
Libye

En Libye, dans la ville de Benghazi et ses environs, Handicap International fournit des soins en réadaptation physique et en soutien psychologique dans cinq centres de santé ainsi qu’à domicile.

Tawergha : la ville de Tawergha comptait 40.000 habitants. En 2011, la population a commencé à fuir les combats.

Ritaj chez elle avec Tawergha : la ville de Tawergha comptait 40.000 habitants. En 2011, la population a commencé à fuir les combats.son kinésithérapeute HI | © Till Mayer/HI

Huit ans après la chute de Mouammar Kadhafi, le paysage politique et militaire de la Libye est profondément fracturé, avec un gouvernement autoproclamé à l'Est et un gouvernement internationalement reconnu à l'Ouest, chacun soutenu par des coalitions d'anciens rebelles et milices.

Au milieu, la population civile est non seulement touchée par la violence armée mais aussi par l'effondrement d'une économie officielle et le développement d'une économie de guerre parallèle. L'aide de Handicap International aux personnes handicapées et leurs aidants dans la région de Benghazi est donc particulièrement cruciale.

Insuffisance des services de réadaptation

Toutes les établissements médicaux de la région de Benghazi sont débordés. Handicap International travaille dans 5 centres de santé et de rééducation dans la ville et ses environs, dont le grand Centre médical de Benghazi.

Ce centre, entièrement équipé mais en sous-effectif, reçoit des patients de toute la région de l'Est de la Libye : certaines personnes font de nombreux kilomètres pour s’y faire soigner.

En raison du manque de places disponibles, les patients en réadaptation doivent être inscrits sur une liste d'attente pour recevoir un traitement.

En plus de fournir des soins, HI assure la formation du personnel médical – infirmiiers et médecins - sur la manière de traiter et de déplacer un patient handicapé sans blesser ou provoquer de douleurs, sur l'utilisation d’appareils de pointe comme une appareil de radiographie à rayons X, par exemple.

À Benghazi, Handicap International a dispensé des formations à 18 membres du personnel médical dans 8 établissements de soins.  

Aide à domicile

Notre organisation a ainsi fourni des soins de réadaptation à 1 400 personnes depuis avril 2019, en accordant une attention particulière aux aidants à qui l'association apporte des conseils.

C’est le cas de Ritaj, âgée de douze ans, qui souffre d'une maladie appelée hydrocéphalie et qui ne peut pas marcher. Sa tante s'occupe d'elle et se bat chaque jour pour faire face à toutes les difficultés de la vie dans un pays en guerre, tout en étant la seule personne à prendre soin d'un enfant lourdement handicapé.

Ritaj avait un vieux fauteuil roulant qui n'était plus adapté à ses besoins et qui avait provoqué une déformation au-dessus du bassin. H.I. lui en a fourni un tout neuf et une chaise-toilette. Cela a changé non seulement la vie quotidienne de Ritaj mais aussi celle de sa tante.

Nos spécialistes en réadaptation leur ont également montré quelques exercices simples de kinésithérapie qui ont progressivement permis à Ritaj de se laver de manière plus autonome.

Ces visites à domicile sont essentielles pour les femmes handicapées, car aucun centre de réadaptation ne dispose de services d'hospitalisation pour elles.

La population à bout de souffle

À Benghazi, les coupures d'électricité sont quotidiennes. Le prix des denrées alimentaires de base (huile de cuisson, riz, pâtes, etc.) a explosé ces dernières années. Le prix du pétrole a triplé en douze mois. Le nombre de retraits d'argent liquide est limité à quelques-uns par an.

Enfin, toutes les écoles ont été fermées depuis mars dernier en raison de la pandémie COVID-19...

La population souffre au quotidien depuis des années du conflit et de ses conséquences sociales et économiques, en particulier les personnes déplacées par la violence. Benghazi accueille plusieurs milliers de personnes déplacées de Tawergha, Murziq, Tarhouna, Syrte, etc., qui surchargent les services sociaux et médicaux de la ville.

Quatre camps de déplacés sont situés dans et autour de la ville mais beaucoup d'autres vivent dans des maisons louées ou chez des proches.

Dans un contexte aussi complexe, de nombreuses personnes souffrent de stress, de dépression et d'anxiété.

Nos équipes travaillent dans les camps de déplacés, fournissant des conseils et des soins en santé mentale aux personnes souffrant de de troubles psychologiques graves.

 

 

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes Réadaptation

H.I. poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

Haïti : HI forme des kinés en réadaptation d'urgence pour s’occuper des blessés du séisme
© R. Crews / HI
Réadaptation Urgence

Haïti : HI forme des kinés en réadaptation d'urgence pour s’occuper des blessés du séisme

L'équipe d'urgence de Handicap International a entamé un processus de formation de kinésithérapeutes qui viendront renforcer les hôpitaux locaux et un centre de rééducation aux Cayes, en Haïti.

Margaret Nguhi : « Ma plus grande motivation, contribuer à changer la vie de quelqu’un »
© HI
Insertion Réadaptation Santé

Margaret Nguhi : « Ma plus grande motivation, contribuer à changer la vie de quelqu’un »

A l’occasion de la journée mondiale humanitaire de ce 19 août, portrait de Margaret Nguhi, dite ‘Maggie’ : femme, kenyane, responsable de HI, engagée pour les autres dans son propre pays.