Go to main content

Juillet - Hillary Clinton et le Ban Advocate du Laos

Mines et autres armes
Laos
Le 13 juillet restera gravé dans la mémoire de Phongsavath, l’un des Ban Advocates du Laos et survivant d’une explosion d’une sous-munition. C’est le jour où il a rencontré Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat américaine.


Mercredi, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a fait une étape rapide au Laos à l’occasion de sa tournée asiatique. Mme Clinton a visité un centre d’appareillage, où elle a été présentée à Phongsavath Manithong, 20 ans, qui a survécu à l’explosion d’une bombe à sous-munition. Aujourd’hui membre de l’équipe de Ban Advocates du Laos, Phongsavath lui a raconté comment il avait perdu la vue et ses mains lors de l’explosion. Les Etats-Unis n’ont pas signé le traité d’Oslo d’interdiction des bombes à sous-munition.

Phongsavath a décrit à Mme Clinton comment, quatre ans plus tôt, le jour de son 16e anniversaire, il rentrait de l’école avec un ami qui a ramassé un “objet étrange” et lui a tendu. La bombe a explosé, lui emportant les mains et le laissant aveugle. Phongsavath est un membre des Ban Advocates, un groupe de personnes dont la vie a été affectée par les armes à sous-munition qui –accompagné par Handicap International – plaide depuis 2007 pour l’interdiction des bombes à sous-munition.

Phongsavath a expliqué que les actions entreprises pour stopper l’utilisation des bombes à sous-munition étaient jusqu’ici insuffisantes. « Je souhaiterais voir tous les gouvernements interdire les bombes à sous-munition et aider les victimes. Je suis chanceux car j’ai reçu de l’aide ... mais de nombreuses victimes restent sans aide. Leur vie est très difficile. »
"Vous avez absolument raison" a répondu Mme Clinton. "Nous devons faire plus."

Pendant sa visite, Mme Clinton a pris le temps d’étudier une carte punaisée sur le mur du centre d’appareillage : un tiers du pays est couvert de points rouges, chaque point symbolisant une mission de bombardement. Il y a eu plus de 580.000 missions de bombardements de l’aviation américaine, faisant du Laos le pays le plus pollué au monde. Plus de 30% des bombes n’ont pas explosé, laissant au Laos autant de pièges mortels. Ces dernières années 100 personnes sont mortes à cause de ces bombes non explosées, 40% étaient des enfants.


Après sa visite du centre, Mme Clinton a dit que c’était là “un rappel douloureux de l’époque de la guerre du Vietnam”. La visite d’une secrétaire d’Etat américaine au Laos est une première en presque six décennies.

Vous pouvez visionner le film de la rencontre d’Hillary Clinton et de notre "Ban Advocate" laotien sur le site Internet du Washington Post : http://www.washingtonpost.com/world/asia_pacific/clinton-in-laos-visits-prosthetic-center/2012/07/11/gJQAiGb1cW_video.htm

Le blog des Ban Advocates : http://www.handicapinternational.be/en/banadvocates

L'histoire de Phongsavath (en anglais): http://www.handicapinternational.be/en/phongsavath-manithong


 

Pour aller plus loin

Une nouvelle victime de mine toutes les heures
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Une nouvelle victime de mine toutes les heures

Le rapport 2019 de l'Observatoire des mines a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018, soit presque une nouvelle victime toutes les heures !

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?
© Handicap International
Mines et autres armes

Arrêter les bombardements en zones peuplées, c'est pour bientôt ?

Voilà déjà cinq ans que Handicap International alerte le grand public et les dirigeants du monde entier sur les ravages causés par l’utilisation des armes explosives en zone peuplée. Alma Al-Osta, responsable du plaidoyer sur le désarmement, nous explique pourquoi ce combat est important.

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines
X. Depreytere - HI
Mines et autres armes

Première mondiale belge : des drones détecteurs de mines

Handicap International et son partenaire Mobility Robotics ont pour la première fois localisé des mines sous terre à l’aide de drones munis de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad depuis février cette technologie devrait permettre, à terme, de réduire considérablement la durée des opérations de déminage et de sécuriser davantage le travail des démineurs. Une avancée majeure et révolutionnaire pour les acteurs du déminage !