Accès direct au contenu

L'Afrique contre les bombardements de civils

Mines et autres armes
Mozambique
Handicap International organise ces 27 et 28 novembre à Maputo, capitale du Mozambique, une conférence régionale sur les bombardements des civils. Objectif : sensibiliser les pays africains à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager au niveau international pour mieux protéger les civils.
Un petit garçon de +/- 2 ans accroché à sa maman qui se tient debout devant une hutte, appuyée sur des béquilles,

Handicap International organise ces 27 et 28 novembre à Maputo, capitale du Mozambique, une conférence régionale sur les bombardements des civils. Objectif : sensibiliser les pays africains à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager au niveau international pour mieux protéger les civils.

Handicap International veut sensibiliser à l’utilisation des armes explosives et leurs conséquences humanitaires dévastatrices sur les populations locales et permettre l’échange d’informations.

Vingt Etats africains [1] ont confirmé leur présence. Cinq ONG internationales et agences des Nations unies sont aussi attendues. Le ministre des Affaires étrangères du Mozambique.

L’association espère que ces discussions favoriseront l’émergence d’un groupe d’Etats africains actifs sur le projet d’une déclaration politique visant à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Une priorité pour l’Afrique

Pour le moment seuls deux Etats africains, le Mozambique et le Sénégal, participent à ce processus diplomatique. Or de nombreux pays africains ont été ou sont encore le théâtre de conflits armés, comme le Tchad, le Soudan du Sud, la Somalie ou encore le Nigeria.

Les armes explosives ont fait 4688 victimes sur le continent africain rien qu’en 2016. La question de l’utilisation des armes explosives et de leur impact sur les populations civiles concerne donc l’Afrique au premier chef.

De plus l’Union africaine [2] a fait de la protection des civils une de ses priorités. Les Etats africains mettent aussi l’accent sur la prise en charge des victimes. Enfin, l’engagement des Etats africains sur la scène internationale peut avoir une vraie influence en faveur d’une meilleure protection des personnes affectées par les conflits.

Un enjeu crucial quand on sait que l’utilisation des armes explosives dans les zones peuplées fait 94% de victimes civiles !

 

[1] l’Angola, le Botswana, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la Cote D’Ivoire, l’Ethiopie, le Liberia, le Kenya, Madagascar, le Mali, le Mozambique, le Nigeria, le Sierra Leone, le Sénégal, la Somalie, l’Afrique du Sud, le Togo, l’Ouganda et la Zambie

[2] L’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) fondée en 2002 a pour but la promotion de la démocratie, des droits de l’Homme et de l’investissement sur le continent africain.

 

Pour aller plus loin

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droits Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle HI a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.