Goto main content

L'équipe des héros à la rescousse !

Mines et autres armes Prévention
Syrie
Shahoud a 12 ans et vit au sein d’un camp de personnes déplacées, au nord de la Syrie. Il y a plusieurs mois, le jeune garçon a été blessé par un accident et il a dû être amputé de la main droite. Avec ses copains, il décide de créer « l’équipe des héros » pour expliquer aux autres les risques des armes explosives et sauver des vies.
Shahoud, un petit garçon sans sa main droite, assis avec un dépliant de sensibilisation sur les genoux

Shahoud a 12 ans et vit au sein d’un camp de personnes déplacées, au nord de la Syrie. Il y a plusieurs mois, le jeune garçon a été blessé par un accident et il a dû être amputé de la main droite. Avec ses copains, il décide de créer « l’équipe des héros » pour expliquer aux autres les risques des armes explosives et sauver des vies.

Tout commence lors d’une de ces séances d’éducation aux risques, que mène Handicap International, au nord de la Syrie. Ce jour-là, les professionnels de l’association se trouvent dans une école dans un camp de déplacés. Les enfants présents les informent qu’un de leurs amis a perdu sa main droite, il y a quelques mois. « Il s’appelle Shahoud ! », disent-ils.

Shahoud vit dans ce camp de déplacés avec quinze autres membres de sa famille. Il a dû quitter sa ville d’origine en raison des bombardements incessants et de son accident à la main. Lorsque les professionnels de l’association font sa connaissance, il partage avec eux son récit : « J’avais trouvé une balle de pistolet, que j’ai essayé d’ouvrir. Personne ne m’avait dit qu’elle pourrait exploser, même en dehors d’un pistolet. Je voulais voir ce qu’elle contenait, comprendre comment un si petit objet pouvait bien tuer autant de gens. Je ne savais pas…»

Une mission importante

L’équipe d’éducation aux risques réalise une fois de plus à quel point son action est importante. Les professionnels passent l’heure suivante à expliquer à Shahoud et à sa famille comment se comporter face aux différents types d’armes explosives. Ils invitent aussi les enfants des environs à assister à la session. Ceux-ci répondent avec enthousiasme et posent beaucoup de questions. Puis, Shahoud demande aux professionnels de l’association s’il peut les accompagner dans leurs activités au sein du camp.

Avec ses copains, il décide aussi de créer « l’équipe des héros ». Un groupe d’enfants voulant en sensibiliser d’autres. Shahoud explique que son histoire peut servir, peut aider à comprendre. L’impact de toutes les armes, et même d’une simple balle. « J’aurais aimé rencontrer l’association avant mon accident », dit-il.

Aujourd’hui, Shahoud et ses amis veulent s’assurer qu’aucun autre enfant ne vivra cette expérience. Ils sillonnent les rues du camp avec l’association, pour expliquer aux autres les risques des armes explosives et pour sauver des vies.

Publié le : 14 septembre 2021

Pour aller plus loin

« Tout a changé avec ma blessure »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Tout a changé avec ma blessure »

Hozeifa a été blessé en 2016, lors d’un bombardement à Idlib, en Syrie. Désormais paraplégique, il vit dans une tente avec le reste de sa famille au Liban. Handicap International aide Hozeifa à s’adapter à sa nouvelle situation avec des sessions de soutien psychologique et de kinésithérapie.

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« J’avais l’impression de vivre un cauchemar »

Mayada, 48 ans, vient de la banlieue de Damas, en Syrie. En 2014, lorsqu’une bombe est tombée sur sa maison, elle a perdu son mari et sa fille. Elle-même a été blessée et a dû être amputée. Au Liban, où elle est réfugiée depuis deux ans, Mayada a été appareillée d’une prothèse par Handicap International.

« Mon pays me manque beaucoup »
© P.Poulpiquet/Handicap International
Urgence

« Mon pays me manque beaucoup »

« Je voudrais qu’aucun autre enfant ne soit blessé dans cette guerre », souligne Molham. Il avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue, à Homs, en Syrie. En 2014, sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International procure des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.