Accès direct au contenu

L'équipe des héros à la rescousse !

Mines et autres armes Prévention
Syrie
Shahoud a 12 ans et vit au sein d’un camp de personnes déplacées, au nord de la Syrie. Il y a plusieurs mois, le jeune garçon a été blessé par un accident et il a dû être amputé de la main droite. Avec ses copains, il décide de créer « l’équipe des héros » pour expliquer aux autres les risques des armes explosives et sauver des vies.
Shahoud, un petit garçon sans sa main droite, assis avec un dépliant de sensibilisation sur les genoux

Shahoud a 12 ans et vit au sein d’un camp de personnes déplacées, au nord de la Syrie. Il y a plusieurs mois, le jeune garçon a été blessé par un accident et il a dû être amputé de la main droite. Avec ses copains, il décide de créer « l’équipe des héros » pour expliquer aux autres les risques des armes explosives et sauver des vies.

Tout commence lors d’une de ces séances d’éducation aux risques, que mène Handicap International, au nord de la Syrie. Ce jour-là, les professionnels de l’association se trouvent dans une école dans un camp de déplacés. Les enfants présents les informent qu’un de leurs amis a perdu sa main droite, il y a quelques mois. « Il s’appelle Shahoud ! », disent-ils.

Shahoud vit dans ce camp de déplacés avec quinze autres membres de sa famille. Il a dû quitter sa ville d’origine en raison des bombardements incessants et de son accident à la main. Lorsque les professionnels de l’association font sa connaissance, il partage avec eux son récit : « J’avais trouvé une balle de pistolet, que j’ai essayé d’ouvrir. Personne ne m’avait dit qu’elle pourrait exploser, même en dehors d’un pistolet. Je voulais voir ce qu’elle contenait, comprendre comment un si petit objet pouvait bien tuer autant de gens. Je ne savais pas…»

Une mission importante

L’équipe d’éducation aux risques réalise une fois de plus à quel point son action est importante. Les professionnels passent l’heure suivante à expliquer à Shahoud et à sa famille comment se comporter face aux différents types d’armes explosives. Ils invitent aussi les enfants des environs à assister à la session. Ceux-ci répondent avec enthousiasme et posent beaucoup de questions. Puis, Shahoud demande aux professionnels de l’association s’il peut les accompagner dans leurs activités au sein du camp.

Avec ses copains, il décide aussi de créer « l’équipe des héros ». Un groupe d’enfants voulant en sensibiliser d’autres. Shahoud explique que son histoire peut servir, peut aider à comprendre. L’impact de toutes les armes, et même d’une simple balle. « J’aurais aimé rencontrer l’association avant mon accident », dit-il.

Aujourd’hui, Shahoud et ses amis veulent s’assurer qu’aucun autre enfant ne vivra cette expérience. Ils sillonnent les rues du camp avec l’association, pour expliquer aux autres les risques des armes explosives et pour sauver des vies.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.