Accès direct au contenu

« La pauvreté est là. La misère est totale. »

Urgence
République démocratique du Congo
La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.
Bakary (à dr), un Congolais dans la trentaine portant des lunettes et une veste au logo HI, assis sur une chaise basse à l'extérieur, note des informations. Un homme est assis à sa gauche.

La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.

« Entre 2016 et 2017, un grand nombre de personnes ont fui leurs villages brulés par des groupes armés, suite au conflit interne qui affecte cette région de RDC. Elles ont tout perdu, que ce soit leur maison, leurs mobiliers, les stocks alimentaires ou encore leurs outils de travail. Certaines des populations déplacées ont toujours peur de retourner dans leur village d’origine à cause de l’insécurité. Elles n’ont plus rien et manque terriblement de nourritures et de soins médicaux. La pauvreté est là. La misère est totale.

Crise alimentaire

« Dans la zone où nous agissons, nous ne sommes que trois ONG. L’aide humanitaire est donc insuffisante. Les priorités de HI sont pour l’instant la distribution de nourriture et l’aide aux personnes vulnérables. Nous apportons des vivres (farine de maïs, haricots, huile…) à plus de 8 500 familles, soit 51 000 personnes,  grâce au financement de Food For Peace.  Même si les récoltes vont commencer d’ici un mois, la population n’aura pas assez pour se nourrir.  Selon une évaluation faite par le Programme alimentaire mondial (PAM), environ 205 000 personnes sont en insécurité alimentaire dans les deux territoires couverts par HI dans le cadre du projet de distribution des vivres. Malgré la présence d’ONG dans ces territoires, le taux de couverture alimentaire de ces personnes n’est que de 59%.

Pénurie de médicaments

« La qualité des services de santé a, elle aussi, atteint un point critique. HI travaille parfois avec des hôpitaux où il n’y a pas le matériel ni les médicaments nécessaires pour traiter les enfants. Les médecins sur place donnent des ordonnances mais les médicaments sont en pénurie. Certaines personnes n’ayant pas les moyens d’aller à l’hôpital se soignent avec des médicaments « dit » thérapeutiques mais cela ne suffit pas pour la plupart des cas.

Créer la confiance avec la population

 « Mon travail consiste principalement à adapter les actions de HI sur le terrain prenant en compte le contexte et les besoins de la population. Nous faisons aussi de la réadaptation et de la protection ainsi que du référencement auprès de 51 000 personnes afin d’identifier les besoins de chaque famille. Mais pour que les actions de HI aient une réelle portée, il faut créer une relation de confiance avec la population car c’est la première fois que nous intervenons dans ces camps. Grâce à la méthode participative adoptée par HI et malgré un contexte difficile, la population commence à prendre part aux activités proposées par l’association.  Mais ces missions sont pour traiter l’immédiat, nous devons aussi penser à l’avenir de ces personnes qui n’ont plus rien. Il faut passer par une phase de réinsertion économique  afin de les aider à reconstruire leur vie. »

Une crise oubliée

Les Nations unies ont déclaré la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3. Les trois autres pays qui ont atteint ce niveau d’urgence sont le Yémen, l’Irak et la Syrie. Le pays compte ainsi près de 4 millions de personnes qui ont fui leur région d’origine ! Au cours des trois derniers mois, ce sont plus de 400 000 personnes qui ont quitté leurs villages, fuyant des violences dont les civils sont les premières victimes. Et l’Ouganda voisin accueille près de 240 000 réfugiés congolais.

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».