Goto main content

Le cyclone Idai affecte des centaines de milliers de personnes

Urgence
Mozambique

Le cyclone IDAI a frappé les côtes du Mozambique dans la nuit de jeudi à vendredi. La ville de Beira, qui compte plus de 500 000 habitants a été directement touchée, les communications et l’électricité ont été coupés. Des vents de 180 à 190 km/h ont été enregistrés, accompagnés de pluies torrentielles. Alors que les autorités mozambicaines évalue l'ampleur de la catastrophe, Handicap International renforce son équipe sur place

Vue satellite rapprochée du cyclone

Le cyclone IDAI a frappé les côtes du Mozambique dans la nuit de jeudi à vendredi. La ville de Beira, qui compte plus de 500 000 habitants a été directement touchée, les communications et l’électricité ont été coupés. Des vents de 180 à 190 km/h ont été enregistrés, accompagnés de pluies torrentielles. Alors que les autorités mozambicaines évalue l'ampleur de la catastrophe, Handicap International renforce son équipe sur place. 

On commence seulement à estimer le bilan des victimes et l’ampleur des destructions mais l'on s'attend à des dommages sur des infrastructures telles que des écoles, des habitations, des destructions de cultures sur des centaines de milliers d’hectares, pouvant engendrer des pénuries alimentaires parmi les populations les plus fragiles. Des difficultés d’accès pourraient également survenir, avec la destruction de routes, des inondations. Des épidémies sont également à craindre, avec la présence d’eau insalubre.  

Faire un don

 

Renforcer l'équipe sur place

 « Compte tenu de la violence du cyclone IDAI, qui a frappé les côtes du Mozambique dans la nuit de jeudi à vendredi, nous avons décidé l’envoi d’un expert logistique, pour renforcer notre équipe sur place », explique Olivier Bertrand chargé de projet plateformes logistiques, pour Handicap International. Dès son arrivée, il devra évaluer la situation, et particulièrement les difficultés d’accès aux populations vulnérables. Après un cyclone, on peut s’attendre à ce que des villages soient totalement isolés, et donc que des personnes très fragiles soient totalement coupées du monde, sans accès à la nourriture, dépourvues de soins, de médicaments

. « Nous pourrions donc contribuer à identifier les personnes qui ont besoin d’une aide immédiate, pour assurer une cartographie des populations vulnérables. Cela permettrait ensuite d’assurer des opérations de déblaiement pour que l’aide humanitaire puisse parvenir à ces personnes isolées. Nous envisageons aussi de mettre en place une plateforme logistique, qui permet d’organiser et de coordonner le transport et l’acheminement de l’aide, en s’appuyant sur des transporteurs locaux ».

Handicap International, qui intervient habituellement en soutien des personnes les plus vulnérables qui se trouvent à Beira, est très préoccupée de leur situation et celle de leurs familles.

Ce cyclone vient s’ajouter à une situation déjà critique pour le Mozambique. Le centre et le nord du pays, était soumis à des pluies intenses depuis plusieurs semaines : plus de 140 000  personnes étaient déjà sinistrées, 17 000 déplacées, et plus de 60 personnes avaient trouvé la mort.

 

Soutenez les victimes de la catastrophe

Pour aller plus loin

Rapport final Ukraine 12-12 Urgence

Rapport final Ukraine 12-12

Quelle aide les ONG du consortium 12-12 ont-elles fourni après 2 ans de guerre?

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées Mines et autres armes Urgence

Ukraine : Les ONG appellent à protéger les civils contre les bombardements et les tirs d'artillerie dans les zones peuplées

Depuis le début de l'année, au moins 860 civils ont été tués et 2 580 blessés en Ukraine dans au moins plus de 950 incidents impliquant l'utilisation d'armes explosives à effet étendu dans des zones peuplées.

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés
© S. Lazzarino / HI
Réadaptation Urgence

C’est à cause des bombes que nous devenons handicapés

Plus de 2,7 millions de personnes ont été déplacées par la crise au Nord-Kivu ; dans les sites de déplacés près de Goma, les besoins sont criants. Jean Bahati, 60 ans témoigne.