Accès direct au contenu

Le déminage commence en Colombie

Mines et autres armes
Colombie
Handicap International is deze zomer begonnen met ontmijningsacties in Colombia, in het departement Cauca. Het Zuid-Amerikaanse land is het tweede land ter wereld met de meeste slachtoffers van landmijnen, na Afghanistan.
Ontmijner van Handicap Interantional

H

Handicap International (HI) vient de lancer des activités de déminage dans le département du Cauca, en Colombie, deuxième pays comprenant le plus de victimes de mines, après l’Afghanistan.

Suite aux conflits armés qui ont déchiré la Colombie ces cinquante dernières années, 31 des 32 départements du pays sont  pollués par des mines et restes explosifs de guerre. Plus de 11 400 personnes en ont été victimes depuis 1990.

Après avoir mené des enquêtes afin de vérifier la localisation exacte de la zone dangereuse, HI déploie actuellement une première équipe de démineurs, composée d’une dizaine de personnes, sur la zone de la Venta, dans la municipalité de Cajibío (département du Cauca). Cette première opération devrait durer quarante-cinq jours.

 « Cette zone, d’une superficie de 615 m2, est située à une vingtaine de mètres de l’autoroute panaméricaine, ce qui complique le travail des démineurs : le bruit de la route rend le signal des détecteurs de métaux inaudible. Et les nombreux déchets métalliques qui s’amoncellent sur ce terrain renforcent l’inutilité de ces détecteurs. Les démineurs coupent l’herbe progressivement et creusent la terre manuellement. Il s’agit d’un travail fatigant, qui demande de la concentration et de la patience pour limiter au maximum les risques, explique Pauline Boyer, coordinatrice des activités de déminage pour HI en Colombie.

Les communautés indigènes impliquées

« Nos équipes sont composées de nombreux membres de communautés indigènes. En dépolluant ces terres et en leur permettant d’être à nouveau cultivées, ils renforcent le développement économique de leur communauté. Et ils assurent une sécurité et une tranquillité perdues », ajoute Pauline Boyer.

HI déminera par la suite d’autres zones dans le Cauca (municipalités de Caloto et Corinto), puis dans les départements du Meta (municipalité de Vistahermosa) et du Caquéta (municipalité de San Vicente del Caguán). L’association poursuit également ses activités de sensibilisation aux risques de mines et restes explosifs de guerre auprès des communautés, et apporte un soutien aux victimes de mines, notamment en leur proposant des séances de réadaptation ainsi qu’un appui juridique pour que leurs droits soient respectés.

 

Publié le : 20 janvier 2021

Pour aller plus loin

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"
© HI
Santé Urgence

Milagros Chacin : "Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants"

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. L'épidémie de COVID-19 a rendu plus problématiques encore les conditions de vie des réfugiés. Comment faire pour s'en sortir ?

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes Urgence

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Publié cette semaine, le rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont continué à se produire en Syrie en 2019. Les victimes sont toujours des civils, indique le rapport. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan montrent que le combat pour éradiquer cette arme est loin d'être terminé.

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »
© Tannourine / HI
Mines et autres armes

Rapport 2020 de l’Observatoire des mines : « Le COVID-19 perturbe l'action contre les mines »

Le rapport 2020 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes de mines, la majorité des victimes étant des civils. Mais la pandémie de COVID-19 a entraîné des défis imprévus.