Accès direct au contenu

Le déminage commence en Colombie

Mines et autres armes
Colombie
Handicap International is deze zomer begonnen met ontmijningsacties in Colombia, in het departement Cauca. Het Zuid-Amerikaanse land is het tweede land ter wereld met de meeste slachtoffers van landmijnen, na Afghanistan.
Ontmijner van Handicap Interantional

H

Handicap International (HI) vient de lancer des activités de déminage dans le département du Cauca, en Colombie, deuxième pays comprenant le plus de victimes de mines, après l’Afghanistan.

Suite aux conflits armés qui ont déchiré la Colombie ces cinquante dernières années, 31 des 32 départements du pays sont  pollués par des mines et restes explosifs de guerre. Plus de 11 400 personnes en ont été victimes depuis 1990.

Après avoir mené des enquêtes afin de vérifier la localisation exacte de la zone dangereuse, HI déploie actuellement une première équipe de démineurs, composée d’une dizaine de personnes, sur la zone de la Venta, dans la municipalité de Cajibío (département du Cauca). Cette première opération devrait durer quarante-cinq jours.

 « Cette zone, d’une superficie de 615 m2, est située à une vingtaine de mètres de l’autoroute panaméricaine, ce qui complique le travail des démineurs : le bruit de la route rend le signal des détecteurs de métaux inaudible. Et les nombreux déchets métalliques qui s’amoncellent sur ce terrain renforcent l’inutilité de ces détecteurs. Les démineurs coupent l’herbe progressivement et creusent la terre manuellement. Il s’agit d’un travail fatigant, qui demande de la concentration et de la patience pour limiter au maximum les risques, explique Pauline Boyer, coordinatrice des activités de déminage pour HI en Colombie.

Les communautés indigènes impliquées

« Nos équipes sont composées de nombreux membres de communautés indigènes. En dépolluant ces terres et en leur permettant d’être à nouveau cultivées, ils renforcent le développement économique de leur communauté. Et ils assurent une sécurité et une tranquillité perdues », ajoute Pauline Boyer.

HI déminera par la suite d’autres zones dans le Cauca (municipalités de Caloto et Corinto), puis dans les départements du Meta (municipalité de Vistahermosa) et du Caquéta (municipalité de San Vicente del Caguán). L’association poursuit également ses activités de sensibilisation aux risques de mines et restes explosifs de guerre auprès des communautés, et apporte un soutien aux victimes de mines, notamment en leur proposant des séances de réadaptation ainsi qu’un appui juridique pour que leurs droits soient respectés.

 

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Dépollution au Laos : les équipes de déminage ne lâchent rien !

Au Laos, Handicap International poursuit ses interventions afin d’éliminer la menace et de réduire le risque humanitaire et socioéconomique que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les populations du pays.