Accès direct au contenu

Le football contre les bombardements de civils

Mines et autres armes
À l’occasion de la Super Coupe de l’UEFA, qui oppose le Real Madrid au Séville FC à Trondheim (Norvège) le 9 août, Handicap International et la Fondation UEFA pour l’Enfance s’associent pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, dans les conflits récents et en cours dans le monde. Lors de la cérémonie d’ouverture, deux enfants handicapés, l'un Afghan et l'autre Syrien, réfugiés en Norvège, escorteront les capitaines des deux équipes.

À l’occasion de la Super Coupe de l’UEFA, qui oppose le Real Madrid au Séville FC à Trondheim (Norvège) le 9 août, Handicap International et la Fondation UEFA pour l’Enfance s’associent pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, dans les conflits récents et en cours dans le monde. Lors de la cérémonie d’ouverture, deux enfants handicapés, l'un Afghan et l'autre Syrien, réfugiés en Norvège, escorteront les capitaines des deux équipes.

La Fondation UEFA pour l’Enfance apporte son soutien à Handicap International qui défend les droits des personnes handicapées à travers le monde et œuvre à leur pleine participation dans la société. Elle soutient également la nouvelle campagne mondiale de l’association contre les bombardements des civils qui font de très nombreuses victimes parmi les enfants. Pendant la mi-temps, une vidéo produite avec des joueurs de la rencontre reprendra le message « Stop Bombing Civilians! » (Non aux bombardements des civils !) pour dénoncer l’insoutenable menace qui pèse aujourd’hui sur des millions de civils à travers le monde. Ce moment solennel permettra de rappeler que la majorité des victimes de bombardements est constituée de civils et de réaffirmer l’urgence de protéger les populations en faisant respecter les conventions en vigueur.

Vous aussi, rejoignez notre combat et signez la pétition sur www.stopauxbombes.be.

Bombarder des civils, ce n’est pas la guerre, c’est un crime !

En 2015, près de 44 000 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives dans le monde. 76 % [1] d’entre elles étaient des civils. Quand ces armes ont été utilisées en zones peuplées, 92 % [2] des victimes étaient des civils.

Utilisées massivement en zones urbaines au cours des derniers conflits armés, les armes explosives – missiles, roquettes, obus, bombes aériennes, mines, bombes à sous-munitions… – font chaque année des dizaines de milliers de nouvelles victimes parmi la population civile. Ces armes provoquent des souffrances et des blessures graves allant jusqu’à l’amputation, causent des handicaps lourds et des traumatismes psychologiques profonds. Elles détruisent les habitations, les écoles, les hôpitaux… Après les conflits, les armes qui n’ont pas explosé à l’impact constituent non seulement un danger pour la sécurité, mais également un obstacle à la reconstruction du pays. Elles plongent ainsi les populations dans la plus grande pauvreté.

Le Droit international humanitaire (DIH) interdit aux parties prenantes d’un conflit de prendre pour cibles les populations civiles et les bâtiments publics. Toute attaque doit respecter le principe de distinction entre les civils et les combattants. Or, dans les conflits actuels, les belligérants utilisent régulièrement des armes explosives à large rayon d’impact dans les villes et les zones où se regroupent les populations. Cette pratique inacceptable, qui tue et mutile de nombreux habitants, constitue une violation des dispositions majeures du DIH.

[1] et [2] Source : Unacceptable Harm – Monitoring Explosive Violence 2015 (AOAV)

La Fondation UEFA pour l’Enfance 
La Fondation a été créée en avril 2015 sur l’initiative de l’UEFA (Union des associations européennes de football) afin de promouvoir le rôle social et communautaire du football. Ainsi, la Fondation utilise-t-elle le sport et le football en particulier pour soutenir des projets humanitaires liés aux droits des enfants. Elle apporte son soutien, notamment, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’accès au sport, du développement personnel de l’enfant, de l’intégration des minorités, ainsi que de la défense des droits de l’enfant. 
https://fondationuefa.org

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.