Accès direct au contenu

Les Philippines menacées par le typhon Haima

Urgence
Philippines
Le typhon Haima menace de frapper les Philippines ce jeudi 20 octobre et d’affecter des milliers de personnes. Les équipes de Handicap International se préparent à faire face à une éventuelle catastrophe.
Vue de la ville de Guian touchée par le typhon Haiyan: des immeubles aux toits arrachés, des décombres partout dans la rue, des palmiers couchés.

Le typhon Haima menace de frapper les Philippines ce jeudi 20 octobre et d’affecter des milliers de personnes. Les équipes de Handicap International se préparent à faire face à une éventuelle catastrophe.

Après avoir été frappées par le typhon Sarika ce samedi 15 octobre, qui a affecté plus de 8 000 personnes, entrainé le déplacement de milliers de personnes et provoqué de sérieuses inondations dans le pays, les Philippines se préparent à affronter le passage du typhon Haima ce jeudi 20 octobre. Formé dans le Pacifique, ce typhon, qui souffle avec des vents actuels allant jusqu’à 128 km/heure, pourrait atteindre la catégorie 4 sur 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson lors de son passage sur le nord des Philippines, et affecter à nouveau des milliers de personnes.

Présentes aux Philippines depuis plus de 30 ans, les équipes de Handicap International se tiennent prêtes afin d’intervenir auprès des plus vulnérables en cas de catastrophe. Des évaluations pourraient être conduites après le passage du typhon afin d’identifier les zones et les populations les plus touchées. « Lors d’un typhon, les vents violents détruisent entièrement ou partiellement les habitations, explique Eric Weerts, expert en réadaptation et urgence pour Handicap International.Toits de tôles qui s’envolent, pierres qui tombent, la destruction des infrastructures et des maisons risque de blesser sévèrement la population locale, et en particulier dans les zones urbaines, ou le taux de concentration de la population est élevé ».

Handicap International intervient régulièrement auprès des populations affectées par les catastrophes naturelles aux Philippines. L’association est notamment présente au côté des communautés et des autorités locales afin de mener des actions de préparation aux risques de catastrophes naturelles, afin que les populations vulnérables, et notamment les personnes handicapées, soient prises en compte.

Depuis 15 jours, des équipes d’urgence sont mobilisées en Haïti suite au passage d’un ouragan sur ce pays parmi les plus pauvres du monde. L’association avait également mené une intervention majeure suite au passage du typhon Haiyan en novembre 2013, qui a affecté plus de 14 millions de personnes et fait perdre la vie à plus de 6 000 personnes.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».