Accès direct au contenu

Les villageois retrouvent leurs terres enfin déminées

Mines et autres armes
Liban
Pour les habitants du village de Deir Billa au Nord-Liban, la vie peut reprendre un nouveau départ : une équipe de déminage de Handicap International leur a rendu 46.500 m² de terres déminées, qu'ils vont pouvoir à nouveau cultiver en toute sécurité.
Un démineur dans un costume bleu et une visière de protectiontient une pièce de métal dans ses mains

Pour les habitants du village de Deir Billa au Nord-Liban, la vie peut reprendre un nouveau départ : les équipes de déminage de Handicap International leur ont rendu 46.500 m² de terres déminées, qu'ils vont pouvoir à nouveau cultiver en toute sécurité.

Le 31 août dernier était un jour de fête à Deir Billa, un village au Nord du Liban : à l'occasion d'une cérémonie, Handicap International a remis officiellement 46.500 de terres déminées aux villageois, soit l'équivalent de six terrains de football. Cela représente un an et demi de travail  pour quatre équipe de démineurs de Handicap International. 

« Ces zones étaient dangereuses ; plus personne n’y allait depuis des dizaines d’années, commente Chris Chevanier, chef de mission de Handicap International au Liban. Maintenant, la sécurité est rétablie ; l’agriculture va pouvoir reprendre et des projets de développement pourront être entrepris. »

Handicap International a commencé ses activités de déminage au Liban en 2006, suite à l’incursion d’Israël dans le sud du pays, pour nettoyer des terrains pollués par des bombes à sous-munitions. Depuis 2010, l’organisation s’est déployée dans la province du Nord Liban pour dépolluer des zones contaminées par les mines antipersonnel, héritage de la guerre civile au Liban (1975-2000).

Pour aller plus loin

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"
© HI
Mines et autres armes

" Les bombardements dans les zones peuplées ont renvoyé le Yémen 25 ans en arrière"

L'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées au Yémen ont entraîné un retour en arrière. C'est l'une des constatations importantes du rapport « Condamnation à mort pour les civils : l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » publié par Handicap International le vendredi 12 juin.

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : deux victimes de sous-munitions témoignent

Ils vivent dans le même village. Ils ont tous les deux été touchés par l'explosion d'une sous-munition. Kua Tcho Tor d'abord et, 30 ans plus tard, Chue Por Vang.