Accès direct au contenu

Mali: « A Tombouctou, les populations sont toujours menacées. »

Urgence
Mali
Malgré le départ des groupes armés de Tombouctou, des risques majeurs persistent pour les populations civiles. Les obus et les bombes non explosées, mais également les armes abandonnées derrière eux par les combattants constituent une menace importante pour les populations. Handicap International, dont les équipes ont poursuivi leur travail à Tombouctou après la prise de la ville en avril 2012, avait immédiatement conduit, porte à porte, des opérations de sensibilisation des populations. L’association renforce aujourd’hui son dispositif et s’apprête à étendre ses actions, notamment par des actions de déminage/dépollution.

Malgré le départ des groupes armés de Tombouctou, des risques majeurs persistent pour les populations civiles. Les obus et les bombes non explosées, mais également les armes abandonnées derrière eux par les combattants constituent une menace importante pour les populations. Handicap International, dont les équipes ont poursuivi leur travail à Tombouctou après la prise de la ville en avril 2012, avait immédiatement conduit, porte à porte, des opérations de sensibilisation des populations. L’association renforce aujourd’hui son dispositif et s’apprête à étendre ses actions, notamment par des actions de déminage/dépollution.

« Si les combats ont été limités lors de la reprise de la ville, ceux qui ont eu lieu en avril 2012 lorsque Tombouctou fut prise par les groupes armés ont donné lieu à d’importantes dispersions d’engins non explosés. De plus, nous l’avons observé dans chaque ville reprise ces dernières semaines, les combattants qui se replient ont abandonné une quantité importante d’armes dans les maisons qu’ils occupaient, explique Marc Vaernewyck, directeur du programme Mali de Handicap International. Il faut, donc dans un premier temps que les populations civiles soient capables de reconnaître ces armes et les prévenir des risques qu’elles représentent si nous ne voulons pas voir se multiplier les accidents dans les mois à venir. Rien que l’année dernière, nous avons recensé plus de 50 accidents de ce type dont une majorité (31) à touché des enfants. Encore hier, on nous a rapporté qu’un enfant serait décédé suite à l’explosion d’un obus sur lequel il aurait jeté des pierres, à Konna – à environ 40 km au Nord de Mopti ».  L’ensemble des habitants de la ville, et ceux qui devraient y rentrer dans les prochaines semaines, doivent être avertis que les armes qu’ils vont trouver représentent un risque majeur.

La sécurisation de la zone et la protection des populations demandera un travail important dans les mois à venir.
Aujourd’hui, que ce soit à Tombouctou ou sur les autres villes, il faut absolument que les opérations de sensibilisation des populations, entamées par Handicap International dans des conditions difficiles ces derniers mois, se poursuivent, et cela à plus grande échelle. « Nous avons pu observer au cours des derniers mois que les enfants et certaines personnes, les ferrailleurs par exemple, risquent d’être particulièrement exposées à ces obus, grenades et autres armes et munitions non explosées, qui sont très présents, notamment à Tombouctou et sa région », ajoute Marc Vaernewyck.

Handicap International renforce son dispositif

Handicap International mène depuis l’été dernier des opérations de sensibilisation aux risques des armes conventionnelles et des engins non explosés auprès des populations du Nord du Mali. Des séances de sensibilisations sont organisées dans les écoles et dans les camps de déplacés autour de la ville de Mopti, et des messages de vigilance sont diffusés via des relais communautaires dans les principales villes du Nord du Mali.

Par ailleurs, afin de préparer la sécurisation puis la neutralisation de ces armes, Handicap International a entamé un recensement des zones à risque dès la fin de l’année dernière. Enfin, l’association a dépêché sur place un expert en déminage chargé de préparer, en coordination avec l’ensemble des acteurs présents sur place, le travail de dépollution que nous souhaitons entamer dès les prochains jours. Les zones évaluées actuellement sont Diabaly et Mopti.

Pour aller plus loin

Yémen, toute une génération blessée à vie Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Yémen, toute une génération blessée à vie

Depuis le début du conflit au Yémen, Handicap International a pris en charge plus de 3 000 victimes d’armes explosives, dont 850 victimes de mines et de restes explosifs de guerre. Presque tous présentent des handicaps résultant de leurs blessures et auront besoin d’un suivi spécifique à vie. L’association est profondément préoccupée par les obstacles multiples aux interventions humanitaires et à l’accès aux populations. Thomas Hugonnier, directeur des opérations pour l'organisation au Moyen-Orient, témoigne de la situation dans le pays.

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives
© Patrick Meinhardt / HI
Santé Urgence

Face au Covid-19, les équipes de HI restent actives

Alors que l’Europe constitue désormais l'épicentre de la pandémie de coronavirus, le virus continue de se propager à travers la planète, semant le désarroi le plus total. Le nombre de personnes atteintes augmente chaque jour. Face à cette situation inédite et dramatique, Handicap International prend des mesures exceptionnelles pour protéger ses équipes tout en préservant ses capacités opérationnelles.

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »
© Patrick Meinhardt/HI
Réadaptation Santé Urgence

« Avec Olivier, le psychologue de HI, je me sens ‘à l’aise’ »

Héritier, 23 ans, était capitaine d’une équipe de pêcheurs au Sud Kivu (République démocratique du Congo). Attaqué chez lui en pleine nuit, blessé au bras, il suit aujourd’hui des séances avec Noela, kiné de HI, qui l’aide à retrouver l’usage de son bras et de sa main. Il voit aussi Olivier, un psychologue avec qui  il se sent « à l’aise ».