Accès direct au contenu

Michée, le « bébé kangourou »

Santé
République démocratique du Congo
Mme Tsimba a accouché au Centre de référence Mère et Enfant de Bumbu (Kinshasa). Ce centre est depuis 2010 l’un des partenaires de Handicap International dans le cadre du projet destiné à prévenir les causes de handicap chez les mamans et les tout jeunes enfants. Chaque semaine, 35 mamans viennent au centre pour y accoucher. Mme Tsimba va bénéficier de soins particuliers pour son bébé, né avec un trop petit poids.
Mme Tsimba et Michée, son bébé, dans la chambre de l'unité kangourou

Le Centre de référence Mère et Enfant de Bumbu à Kinshasa (RD Congo) est depuis 2010 l’un des partenaires de Handicap International dans le cadre du projet destiné à prévenir les causes de handicap chez les mamans et les tout jeunes enfants. Chaque semaine, 35 mamans viennent au centre pour y accoucher.

Mme Tsimba est l’une d’entre elles. La veille, elle a donné naissance à son troisième enfant, un petit garçon qu’elle a appelé Michée. « C’est le même prénom que son papa.»  L’accouchement s’est très bien déroulé. Pourtant, Michée et sa maman ne sont pas dans l’une des deux salles où se reposent les autres mères.

Le bébé pèse seulement 1.9 kg. Sa maman et lui ont été installés dans la toute nouvelle unité kangourou créée par Handicap International dans le centre de santé. Mme Abonsone, l’infirmière en chef de la maternité, explique : « La maman va garder le bébé en contact peau à peau plusieurs fois par jour pendant deux heures jusqu'à ce que le bébé dépasse les 2 kg. Vu les nombreuses coupures de courant à Kinshasa, des enfants prématurés ou avec un trop petit poids de naissance ne peuvent pas être placés en couveuse. »

La méthode kangourou est bien connue et pratiquée dans les pays industrialisés, notamment pour les prématurés. Elle est particulièrement adaptée à des contextes comme celui du Congo car il s’agit d’une solution simple, peu couteuse et facile à mettre en œuvre.  Pour les nourrissons de petit poids à la naissance comme Michée, elle contribue à réduire la mortalité, les maladies graves, les infections et la durée d’hospitalisation.

Handicap International a donc, au moment de réhabiliter  la maternité du centre de Bumbu, construit une petite annexe de deux lits, isolée par des rideaux, où mamans et enfants peuvent bénéficier du calme et de l’intimité nécessaires. Les étudiants qui effectuent un stage au centre sont également formés à cette prise en charge. Ils pourront ainsi appliquer cette technique dans leur futur lieu de travail.

Mais pour l’heure, le petit Michée semble savourer le plaisir d’être installé bien au chaud, tout contre sa maman.

 

Pour aller plus loin

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.

Rendre les soins de santé accessibles à tous
© Patrick Meinhardt / HI
Droits Réadaptation Santé

Rendre les soins de santé accessibles à tous

La crise engendrée par l’expansion de COVID-19 accentue l’exclusion des plus vulnérables, déjà confrontés à des difficultés d’accès aux soins de santé. Pourtant, cette accessibilité est plus importante que jamais.