Go to main content

Nepal: Bikram, premier de la classe

Insertion Réadaptation Santé
Népal
Bikram Malla, troisième d’une famille de quatre garçons, est né avec des pieds bots, qui l’empêchaient de marcher et de se sentir à l’aise en présence d’autres enfants ; jusqu’à être opéré avec succès il y a deux ans avec le soutien de Handicap International. Grâce à cette opération Bikram accepte maintenant d’aller à l’école où il retrouve ses camarades et s’assoit au premier rang pour ne rien manquer des leçons.
image de bikram malla dans sa classe

Bikram Malla, troisième d’une famille de quatre garçons, est né avec des pieds bots, qui l’empêchaient de marcher et de se sentir à l’aise en présence d’autres enfants ; jusqu’à être opéré avec succès il y a deux ans avec le soutien de Handicap International. Grâce à cette opération Bikram accepte maintenant d’aller à l’école où il retrouve ses camarades et s’assoit au premier rang pour ne rien manquer des leçons.

Le chemin de l’école n’est pourtant pas long pour Bikram : à peine cent mètres, mais jusqu’à l’âge de six ans il refusait de s’y rendre parce qu’il avait honte de ne pas pouvoir porter de chaussures, marcher, courir, jouer au foot comme tous les autres enfants… Parce qu’il est né avec des pieds bots, Bikram refusait de sortir de chez lui.

Ses parents l’ont pourtant amené dans plusieurs hôpitaux en Inde, de l’autre côté de la frontière, et Bikram a été plâtré pour tenter de corriger la déformation qui l’empêchait de marcher. Mais rien n’y a fait et sa famille a commencé à perdre l’espoir de voir Bikram s’épanouir pleinement dans une société qui intègre encore mal les personnes en situation de handicap.

Puis la solution est venue lorsqu’en 2009, un agent communautaire de Handicap International s’est présenté dans le petit village de Lalmatiya situé dans l’Ouest du Népal pour identifier les personnes ayant besoin de soins dans cette zone isolée. « Il nous a dit que Birkram pourrait être opéré dans un hôpital, ici, au Népal, explique le père de Bikram. Que des chirurgiens avaient le savoir faire nécessaire et que Handicap International prendrait en charge l’ensemble des frais. »

Très rapidement, Bikram a pu marcher, puis courir et il va maintenant à l’école avec enthousiasme. « Nous sommes tellement heureux qu’il puisse enfin s’épanouir. Nous étions inquiets pour son avenir, mais nous sommes rassurés. Il se sent bien avec les autres enfants et ses professeurs nous expliquent qu’il participe beaucoup en classe. Nous savons qu’il pourra se marier, trouver un travail et se débrouiller seul dans la vie. Je pense que son destin a complètement changé grâce à cette opération ! »
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.