Go to main content

«On peut être fiers de ce qui a été accompli jusque là»

Insertion Réadaptation
Haïti
Pour apporter une réponse immédiate aux populations touchées par le tremblement de terre de janvier 2010, Handicap International a déployé un dispositif sans précédent. Intervenant autant au travers d’opération de soutien logistique, de lutte contre les épidémies, d’assistance aux personnes les plus vulnérables, d’appareillage, de rééducation, ou encore de construction d’abris temporaires, l’ensemble des savoirs faire de l’association ont été mobilisés. Après bientôt deux ans d’intense activité, il est temps pour les équipes d’urgence de Handicap International de faire le bilan de cette première phase et d’organiser la transition progressive vers des actions de développement afin d’assurer, dans le temps, le soutien aux structures locales et les opérations d’assistance aux personnes handicapées.
Photo des membres de l’équipe à l’occasion de la construction du 1050e abri

Entretien avec Jérôme Besnier – Coordinateur des opérations de la Direction des Actions d’Urgence de Handicap International à Haïti – réalisé le 10 11 2011

Pour apporter une réponse immédiate aux populations touchées par le tremblement de terre de janvier 2010, Handicap International a déployé un dispositif sans précédent. Intervenant autant au travers d’opération de soutien logistique, de lutte contre les épidémies, d’assistance aux personnes les plus vulnérables, d’appareillage, de rééducation, ou encore de construction d’abris temporaires, l’ensemble des savoirs faire de l’association ont été mobilisés. Après bientôt deux ans d’intense activité, il est temps pour les équipes d’urgence de Handicap International de faire le bilan de cette première phase et d’organiser la transition progressive vers des actions de développement afin d’assurer, dans le temps, le soutien aux structures locales et les opérations d’assistance aux personnes handicapées.

Pour Jérôme Besnier, qui vient de passer une année en tant que coordinateur des opérations d’urgence, le travail accompli est immense : « même s’il reste de nombreux défis à relever - dans le domaine de la reconstruction et de la prévention et la gestion des catastrophes naturelles notamment - j’ai le sentiment que les choses avancent. Il y a des secteurs où les traces du séisme commencent à s’estomper, et dans lesquels on peut progressivement se consacrer à des enjeux plus structurels. Que ce soit au niveau de la reconstruction, du système de santé, ou plus généralement du développement économique du pays, il y a énormément à faire mais c’est déjà une satisfaction de se dire qu’on peut maintenant s’attaquer pleinement à ces questions. »

Préparer la transition

Dès les premiers mois de l’intervention, la question d’apporter un soutien durable, au travers d’action de développement et pas simplement d’urgence, a constitué un enjeu majeur pour les équipes de Handicap International. « Tout le travail que nous avons effectué pour répondre aux besoins immédiats des population s’avère avoir un impact qui va bien au-delà de ce qu’on aurait pu penser. Le fait de travailler sur les questions d’accessibilité des abris temporaires pour les personnes handicapées par exemple, mais aussi d’équipements sanitaires, ou de structures publiques en reconstruction, a contribué à la mise en place d’habitudes de travail et d’exemples de bonnes pratiques qui doivent maintenant se généraliser à la conception des nouveaux bâtiments. »

Les capacités techniques des personnes travaillant autour du handicap ont-elles aussi été renforcées. « Au Centre de Rééducation Fonctionnelle (CRF) que nous avons mis en place à Port au Prince, nous travaillons avec des spécialistes haïtiens qui pourront par la suite poursuivre le travail d’appareillage et de rééducation au sein d’autres structures. C’est une source de satisfaction de voir que peu à peu Haïti retrouve et développe sa capacité à prendre en charge ce type de services de façon autonome. »

L’ensemble des projets menés au cours de ces deux années se sont tous déroulés avec une remarquable efficacité, souligne Jérôme Besnier ; « c’est finalement assez incroyable, que sur une intervention aussi large, en travaillant avec une telle pression et pour répondre au plus vite à des besoins immenses, on constate que tout a fonctionné aussi bien ! De par leur conception ou leur dimension la plupart des projets étaient en fait des projets pilotes, mais on a pu s’appuyer sur le savoir faire de Handicap International en matière d’urgence et sur un engagement remarquable des équipes sur place pour mener à bien l’ensemble de nos opérations, en logistique, reconstruction, soutien psychologique, opérations sanitaires, appareillage et rééducation… Aujourd’hui je pense qu’on peut être fiers de ce qui a été accompli. »
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.