Accès direct au contenu

Pakistan, 6 mois plus tard

Urgence
Pakistan
Personne n’a oublié les terribles images du tremblement de terre qui a frappé le Cachemire le 8 octobre 2005. D’une magnitude de 7,6 sur l’échelle de Richter, le séisme a semé mort et désolation : on estime le nombre de victimes à 87.000 tandis que 3,5 millions de personnes se sont retrouvées sans abri. La communauté internationale a tardé à prendre conscience de l’ampleur du drame. Heureusement, les secours semblent avoir su s’organiser et déjouer les obstacles afin d’éviter que l’hiver rigoureux ne provoque une seconde vague de décès.
Personne n’a oublié les terribles images du tremblement de terre qui a frappé le Cachemire le 8 octobre 2005. D’une magnitude de 7,6 sur l’échelle de Richter, le séisme a semé mort et désolation : on estime le nombre de victimes à 87.000 tandis que 3,5 millions de personnes se sont retrouvées sans abri. La communauté internationale a tardé à prendre conscience de l’ampleur du drame. Heureusement, les secours semblent avoir su s’organiser et déjouer les obstacles afin d’éviter que l’hiver rigoureux ne provoque une seconde vague de décès.
Grâce à son expertise dans les situations de post-séisme et à son intervention rapide, Handicap International a pu agir de façon très efficace. Notre objectif : la prise en charge des blessés et amputés. En janvier, Handicap International et son partenaire, Atlas Logistique, disposaient sur le terrain d’un effectif d’une trentaine de personnes, dont 12 expatriés (3 kinésithérapeutes, 1 orthoprothésiste, 1 ergothérapeute, 4 logisticiens et une équipe d’encadrement).

Paralysies

Suite au séisme, les autorités ont confirmé que plus de 700 personnes sont devenues para- ou tétraplégiques. Pour leur venir en aide, Handicap International a veillé à leur prodiguer un soutien psychologique, à sensibiliser les familles (via des dépliants traduits en langue locale) et à distribuer du matériel adapté aux structures de santé (fauteuils, aides à la mobilité, lits…)

La société pakistanaise a également montré une exceptionnelle mobilisation. Nombreux sont ceux qui ont offert leur aide pour secourir les blessés. Handicap International a formé 57 de ces volontaires à la prise en charge des personnes paralysées. Il faut savoir en effet que des gestes simples peuvent permettre d’éviter des complications et des incapacités irréversibles.

Amputations

On estime également le nombre d’amputations au millier. Celles-ci ont souvent été réalisées dans des conditions difficiles. Dès le 1er décembre, Handicap International a ouvert un atelier temporaire d’appareillage, du côté de Mansehra. Suite à une demande du gouvernement, Handicap International a été sollicitée pour construire et gérer deux centres d’appareillage et de réadaptation (à Manshera et Besham). Leur construction a démarré à la mi-janvier. 5 centres satellites sont également mis en place pour offrir une plus grande proximité avec les victimes.

Nous continuons et continuerons à apporter notre soutien aux victimes de ce terrible séisme.

Damien Kremer

Pour aller plus loin

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre
© HI
Santé Urgence

COVID-19 : au Pakistan, Saima et sa famille luttent pour survivre

En fauteuil roulant depuis son enfance, Saima vit avec sa famille dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. A cause de la pandémie et du confinement, leur quotidien est devenu insoutenable.

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "
© Dieter Telemans / HI
Prévention Santé Urgence

COVID-19 - Notre message au Soudan du Sud : "Ne laissez personne derrière ! "

Dans la région de Juba, au Soudan du sud, l'équipe de Handicap International a identifié plus de 5 200 personnes handicapées ou très fragiles qui ont besoin d'aide alors que le COVID-19 fait son apparition. La plupart sont des personnes déplacées qui doivent faire face à de nombreux obstacles pour rester à l'abri du virus.

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus
© HI
Santé Urgence

COVID-19 en Éthiopie : pour ce père de 10 enfants, pas de clients, pas de revenus

Toute la ville de Fafan est confinée. Mohamed a peur pour sa famille : il craint que la pandémie ne s’étende dans la région. Handicap International est à ses côtés.