Accès direct au contenu

Permettre aux enfants malnutris du Sahel de s’épanouir

Santé
Burkina Faso Mali Niger
La malnutrition est un frein au développement physique et mental des enfants. Elle a pour conséquence une fragilisation extrême de leur santé. Handicap International répond à ce défi particulièrement aigu dans le Sahel. Pendant deux ans, l’organisation entend limiter  les conséquences de la malnutrition au Mali, Burkina Faso et Niger.
Un garçon du Sahel, quatre autres enfants sont à l'arrière-plan

La malnutrition est un frein au développement physique et mental des enfants. Elle a pour conséquence une fragilisation extrême de leur santé. Handicap International répond à ce défi particulièrement aigu dans le Sahel. Pendant deux ans, l’organisation entend limiter  les conséquences de la malnutrition au Mali, Burkina Faso et Niger.

Du fait de carences en vitamines et minéraux essentiels, les enfants malnutris voient leur croissance freinée et développent des séquelles qui peuvent être invalidantes à long terme. L’issue n’est pas toujours fatale, mais l’impact sur leur qualité de vie peut être dévastateur.

Selon Eric Weerts, spécialiste en réadaptation pour Handicap International, « la kinésithérapie peut faire la différence pour les enfants malnutris. En effet, ces enfants sont très affaiblis et doivent retrouver leur motricité pour grandir normalement. C’est pour cette raison que la lutte contre la malnutrition, qui passe par la distribution de compléments alimentaires, doit aller de pair avec des traitements de kinésithérapie et de la stimulation affective pouvant permettre de contrecarrer les perturbations de la croissance ».

Le projet de Handicap International, qui a débuté en septembre dans la région du Sahel, se concentre ainsi sur trois axes : la kinésithérapie, la stimulation affective et le suivi psychologique. « Pour des enfants malnutris, la guérison émotionnelle est aussi importante que le rétablissement physique, » explique Eric Weerts. « Les mères se distancient souvent de leur enfant quand elles voient qu’il est malnutri. Elles pensent qu’il va mourir et cet éloignement affectif entrave le développement moteur de l’enfant. Nous essayons donc de stimuler le lien physique et mental entre la mère et l’enfant via le toucher, les câlins... Les progrès moteurs peuvent alors être très rapides ; certains jeunes enfants rattrapent parfois plusieurs mois de retard. Il arrive qu’un enfant marche tout à coup à quatre pattes ou debout, comme les enfants de son âge. »

Le Sahel, une région fragile

La malnutrition est un problème endémique dans la région du Sahel, souvent touchée par la sécheresse. Dans certaines régions du Niger et du Burkina Faso, le manque de nourriture est encore plus marqué cette année, car des réfugiés du Mali sont venus accroître la population de villages qui avaient déjà des difficultés à nourrir leurs habitants. Dans le nord du Mali, le programme alimentaire mondial des Nations Unies recense qu’une famille sur trois vit dans l’insécurité alimentaire[1].

Grâce au financement belge (DGD aide humanitaire), Handicap International a développé un projet dénommé ESSPOIR (Les Enfants malnutris du Sahel sont Stimulés, Protégés, Orientés et Intégrés dans leur communauté devenue plus Résiliente) afin de venir en aide aux enfants malnutris et leur permettre de s’épanouir dans un environnement serein.

Le projet ESSPOIR  durera deux ans. Afin de garantir sa pérennité, Handicap International œuvre de concert avec les structures de soins de santé existantes et va former les prestataires de soins et les spécialistes en alimentation locaux. En collaboration avec les autorités, un travail sera également effectué sur la réactivité des institutions de santé afin qu’elles puissent répondre  rapidement lorsqu’une crise alimentaire se profile.

[1] http://www.wfp.org/content/wfp-mali-regional-crisis-situation-report-9-08-december-2015

Pour aller plus loin

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie
P. Meinhardt / HI
Santé

L’importance des services de santé mentale renforcée par la pandémie

Une bonne santé mentale n'est pas seulement l'absence de problèmes, c'est aussi la capacité de mener une vie pleine et créative et la flexibilité nécessaire pour relever les défis de la vie. Malheureusement, beaucoup de facteurs peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale : les conséquences des crises humanitaires, la violence, l’exclusion, un accident… Entretien croisé avec Davide Ziveri et Maximilien Zimmermann, spécialistes de la santé mentale et psychosociale.

Mariam : « Je sensibilise les parents d’enfants handicapés »
© HI
Insertion

Mariam : « Je sensibilise les parents d’enfants handicapés »

Mariam a une fille handicapée, Oumou, 9 ans. Elle pensait que sa fille ne pourrait pas faire d’études. Aujourd’hui, elle sensibilise d’autres parents dans la même situation.

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe
© HI
Santé Urgence

Zeina, responsable d’une équipe d’urgence HI à Beyrouth, témoigne de l’ampleur de la catastrophe

 Zeina coordonne une équipe de 25 professionnels de l'urgence à Beyrouth. La situation est pire que ce qu'elle avait imaginé. Voici son récit.